Festival de Reims dés Jeux 2017

Comme chaque année, je ne vous ferais pas découvrir un jeu durant cette période, mais vous parlerais plutôt d’un festival qui me tient à cœur. Et chaque année, celui-ci prend de plus en plus d’ampleur et devient un événement ludique incontournable de la Région de Champagne… (Je parle de Reims pour ceux qui ne suivent pas)

La date est fixée ! Ce sera le 29 Avril à 14 heures et 30 Avril à 11 heures, avec un « off » jusque 3 heures le samedi pour les joueurs les plus insatiables. Bref on s’amusera deux jours comme des fous !

 

 

Le festival, comme tout festival digne de ce nom, va réunir des animateurs des associations de Reims, mais pas seulement ! En effet, chaque année nous étoffons toujours plus nos invités et nous aurons le plaisir de recevoir quelques personnalités.

Vous pourrez, entre autres, retrouver sur le festival des démonstrations de Batman, le futur jeu de Monolith  avec la présence de l’auteur himself, Frédéric Henry. 

Toujours dans la catégorie Auteur, Ghilslain Masson, auteur de l’infâme planète Not Alone qui sera également parmi nous,

Mais aussi Emilie Thomas, l’auteure et éditrice du Jeu éducatif  pour enfant Taup’Chrono, Jean Michel Urien avec Welcome to Abilene, une revisite plus fun du fameux Poker.  Remi Gruber, l’auteur de Harald viendra également avec la casquette d’éditeur représenter Runes Editions et nous montrer Meowtopia et Blackwood. Tapimoket (Oui c’est moi, désolé) sera là pour la prochaine sortie de Morning avec le jeu IKAN…

 

C’est aussi la présence de l’équipe ATALIA, des éditions FLIP FLAP et FUNKY SHEEP, et les dernières nouveautés de CATCH UP GAMES, BLACKROCK, RAVENSBURGER, BLUE COCKER, et d’autres encore comme quelques jeux reçus …

Il sera bien sûr possible de repartir avec quelques jeux, puisque l’Alchimiste sera présent en espace de vente.

On en rajoute ? Et bien, vous pourrez aussi vous mesurer lors de tournoi Final Fantasy,  Pokemoin, Epic … et aussi tester des prototypes (Mu vs Atlantide, un jeu de cartes d’affrontement, L’arche Noire, un remake de Mad Max II, Zhi ji Zhi bi, un jeu de cartes à identités cachés, World War Bomb, une sorte de Bomberman, The First Spine qui est à la croisée d’un jeu de cartes à collectionner et d’un jeu de placement stratégique, …)

Vous pourrez jouer à des jeux géants. Vous pourrez aussi tenter votre chance à une Tombola pour gagner des boites de jeux et…. bien sûr MANGER et BOIRE sur place !

Bon, je suis sûr… J’ai sûrement oublié un tas de trucs, des personnes, ou je ne sais quoi…  Je me ferais tirer les oreilles, mais au moins, vous savez que ça existe et qu’on vous y attend !

Ah oui ! L’entrée est gratos ! Non mais…

 

 

 

Quels jeux pour Noël 2016 ? La sélection de l’Alchimiste

perenoeltrans

Dans le froid, les chiens courraient devant moi en aboyant. Derrière moi, j’entendais le conducteur du traîneau lancer ses ordres pour les motiver à courir sur la neige. Oui, moi le vieil alchimiste, j’étais assis sous une épaisse couverture me tenant au chaud et on allait voir notre vieil ami à tous : Le Père Noël. On se dirigeait alors vers son chalet en traversant l’immensité glacée du pôle Nord.

J’avais pour mission de résoudre une autre immensité, celle de choisir des jeux à offrir pour Noël. Une mission difficile car les choix sont si nombreux et je ne pouvais pas tous les citer. C’est si difficile de choisir…

Certains sont très récents et ne seront disponibles que quelques jours à peine avant Noël. Mais, J’espérais que les lutins feraient tout pour livrer tout cela à temps ! En chemin, j’avais réfléchi à mes choix pour que tous les âges s’y retrouvent, avec même une petite préférence pour le côté familial ou convivial du jeu. Car, après tout, la soirée de Noël n’est-elle pas une fête que l’on passe en famille ou entre amis ?

Perdu dans mes pensées, je n’avais pas vu que j’approchais déjà du chalet. Je me réjouissais déjà de retrouver le Père Noël. J’avais hâte de m’asseoir auprès de lui pour discuter et rire ensemble autour d’un bon chocolat chaud et quelques brioches, réchauffé par un bon feu de bois.

Le traîneau s’est arrêté. Le conducteur et les chiens  allaient pouvoir se reposer dans le chalet. Et oui, là bas, tout le monde est le bienvenue. J’entrais à mon tour. Il m’attendait déjà…

Après quelques accolades chaleureuses, on s’est assis autour de la grosse table en bois et les lutins, toujours accueillants, nous ont servi le goûter…

Je discute, je discute, mais je vois tous que vous voulez connaitre tout de suite ce que je conseille. Alors ne perdons pas de temps !

———————————–

Comme noël, c’est surtout une fête magique pour les enfants, j’ai choisi en premier MACROSCOPE !

a-news-macroscope-ludovox-jeu-de-societe-ok

Macroscope, c’est d’abord une belle boîte qui va ravir les enfants. Mais surtout un petit jeu simple et original. Après avoir monté le Macroscope, une très jolie machine, on installera alors des images à l’intérieur, et croyez moi, il y en a beaucoup !

 

teaserbox_26504684

Les joueurs devront alors, en une dizaine de tours, essayer de gagner de petites gemmes en devinant le plus rapidement les images à travers des hublots. A son tour, on jette les dés pour retirer deux hublots. On doit alors tenter de deviner ce qu’il se cache sur l’image. S’il ne sait pas, il prend deux gemmes, mais les autres peuvent alors tenter de donner aussi une réponse. Et si personne ne sait, on passe les dés au joueur suivant qui retira deux hublots avec les dés… Et ainsi de suite, jusqu’à ce que quelqu’un propose une réponse.

Tenter de donner une réponse n’est pas sans risque, car on peut gagner autant de gemmes qu’il reste de hublots sur le Macroscope, mais si on se trompe, on en perd autant ! Alors attention…!

J’ai trouvé ce jeu à la fois joli, pas trop cher, bien illustré et avec une belle idée original. Il plaira aux enfants, c’est sûr, et même aux adultes.

MACROSCOPE – Un jeu pour 2 à 6 joueurs à partir de 6 ans. Disponible ICI

———————————–

Mon deuxième choix se porte sur un petit jeu, victime de son succès actuellement, mais qui sera de retour avant Noël,  KINGDOMINO !

kingdom

Dans KingDomino, il s’agit, pour chaque joueur, de se construire son petit domaine autour d’un château, dans un carré de 5×5 territoires. Les règles sont vraiment simples (Voir la vidéo plus bas). Cependant, il est bien plus astucieux qu’il n’y parait et c’est justement cela qui en a fait son succès. Toute la stratégie va tenir dans le fait de choisir son prochain domino pour le tour suivant, car on connait les choix à l’avance. Bien entendu, il faudra pouvoir les placer. Plus le domino convoité sera intéressant, plus il y a de chance que vous soyez le dernier à jouer au prochain tour et, donc, avoir moins de choix. C’est bête comme chou, mais croyez moi, c’est vraiment captivant !

794a885896b542b74de608f5f17a8e6a464e

KingDomino, c’est aussi un matériel d’une très belle qualité avec de belles tuiles épaisses et vernis, des petits châteaux en 3D et une belle boite de rangement. Les illustrations font penser à ces petits jeux de gestion que l’on peut trouver sur le net, c’est vraiment sympa. Avec un prix abordable et une durée assez courte, c’est un très bon jeu pour jouer en famille, mais aussi entre plus grands grâce à des variantes plus stratégiques. Il fonctionne d’railleurs très bien même à deux avec un carré de 7×7.

Et pour en savoir plus, rien de telle qu’une présentation recueillie à Essen sur le stand de Blue Orange avec Matthieu Lanvin (Désolé pour les bruits de fond)

KINGDOMINO – Un jeu pour 2 à 4 joueurs à partir de 8 ans. Disponible ICI à partir du 9 Décembre

———————————–

Mon troisième choix n’est pas vraiment une nouveauté, mais son succès n’est plus à prouver. Il s’agit de KARUBA

a4ea70b67192ce9b7c704ae1dfaec88929b3

Oh oui, je vous entends d’ici…. »Un jeu Haba, ? Bof, c’est pour les petits… »

Et bien, pas vraiment ! Karuba fait partie de la gamme « Soirée jeux » chez Haba et s’adresse plutôt aux familles. Conseillé à partir de 8 ans, non seulement les enfants y trouveront du plaisir, mais les plus grands aussi.

Dans Kuraba, les joueurs devront faire traverser la jungle à quatre aventuriers pour rejoindre des temples. Pour commencer, tous les joueurs vont démarrer de la même façon, et devront poser des tuiles de chemins pour faire progresser leurs aventuriers. Un des joueurs va alors prendre une tuile chemin au hasard parmi toutes celles qu’il a devant lui, et annoncer son numéro. Les autres joueurs, ayant les mêmes tuiles, devront aussi placer la même sur leur propre plateau de parcours.

En revanche, chacun devra agencer ses tuiles de la meilleure façon possible pour, non seulement créer des chemins permettant de traverser la jungle, mais aussi pour y récolter des trésors. A tout moment un joueur pourra refuser de poser une tuile afin de faire avancer son aventurier. Sa progression va dépendre du nombre de directions différentes sur la tuile chemin (Si le chemin se sépare en 4, alors il progresse de 4 cases sur le plateau). Toute la stratégie du jeu repose sur l’emplacement des tuiles ou le sacrifice de celles-ci

karuba-p-image-57007-grande

Karuba est simple et amusant et idéal à offrir à des enfants. Les parties sont suffisamment courtes pour les captiver jusqu’au bout du jeu et sans le rendre ennuyeux pour les parents.

N’oublions pas non plus que Karuba a été nominé comme l’un des meilleurs jeux lors du Spiel des Jahres 2016, un prix très convoité par les éditeurs de jeu.

———————————–

Mon quatrième choix se porte sur le TOUR DU MONDE EN 80 JOURS

le-tour-du-monde-en-80-jours-1

Là non plus le jeu n’est pas réellement une nouveauté puisqu’il s’agit d’une réédition d’un jeu des années 70. Bon, certes, c’était aussi le premier gagnant du Spiel des Jahres en 1979…

Alors pourquoi celui-là ? Et bien tout simplement que sa nouvelle édition est magnifique et sera du plus bel effet au pied du sapin.le-tour-du-monde-en-80-joursEt oui, comme j’aime le dire, il est beau comme un livre. Son nouveau thème s’inspire justement du fameux roman de Jules Verne.

Le jeu consiste à faire une course autour d’un plateau de 80 cases. Pour avancer, il faut dépenser de l’argent, beaucoup d’argent, donc en gagner beaucoup. Tout comme Phileas Fogg le héros du roman, vous incarnez un lord anglais aventurier et prêt à faire le tour du monde. Mais soupçonné d’avoir cambriolé la banque d’Angleterre, vous devez revenir pauvre et lavé de toutes rumeurs. Ces rumeur sont des cartes « Police News » qu’il faut se débarrasser en passant par certaines cases plutôt rares sur le parcours.

Le jeu sera agrémenté par des cases « Passe partout », le majordome de Phileas, qui donneront des cartes venant mettre un peu de piment dans le jeu. Enfin, des cases « pari » apporteront également de l’argent à condition de garder sa position d’un tour à l’autre. Bien entendu, il faudra calculer pour y parvenir et les autres feront parfois tout ce qu’il faut pour vous en empêcher.

le-tour-du-monde-en-80-jours-2

Le Tour du monde en 80 jours est plaisant et son édition, de toute beauté, en fait un beau cadeau à offrir pour les fêtes !

Pour en savoir encore plus, c’est ICI

LE TOUR DU MONDE EN 80 JOURS – Un jeu pour 2 à 6 joueurs à partir de 10 ans. Disponible ICI

———————————–

Puisque nous sommes dans le beau jeu et la belle réédition, je porterais mon choix suivant sur une valeur sûre. Egalement vainqueur du Spiel des Jahres en 1999, la nouvelle édition de TIKAL peut faire l’objet d’un très très beau cadeau de noël.

tikal

Tikal, c’est avant tout l’un des grands premiers succès des deux auteurs allemands, Kramer et Kiesling, à qui l’on doit d’excellents titres tels que Java, Nauticus, Gueules noires, les palais de Carrara, Mexica.

Mexica avait d’ailleurs fait l’objet d’une magnifique réédition par « Super Meeple », l’éditeur, avec de très belles pyramides incas en résine. Tikal suivra donc cette même qualité, également avec des pyramides inca en résine très bien dessinées où l’on pourra empiler leurs niveaux, sources de points de victoire. Ces éléments en 3D viendront remplacer les moches jetons en carton de l’ancienne version pour donner un beau visuel durant la partie.

dsc04310

A cela s’ajoute de vrais meeples d’explorateurs qui remplaceront les pièces hexagonales d’autrefois et un grand plateau avec de plus grands hexagones de terrain. Enfin des jetons trésors complètement redessinés.

dsc04311

 

dsc04312

 

Que dire, sinon que le changement est bien là. Il suffit de comparer les deux photos suivantes :

Avant

pic2724845_md

Après

dsc04307

 

Comme Super Meeple ne touche pas à un seul cheveu des règles, Tikal conservera toute la saveur de sa mécanique où le placement est roi.

Vous décrire tout le jeu serait long, mais il s’agit d’une grande référence dans le jeu dit familial « plus ». Si un joueur ne le possède pas, ce sera une très belle découverte. Et s’il le possède déjà, ce sera également une bonne idée cadeau pour lui offrir cette belle version, et un bon prétexte pour y rejouer avec le plaisir visuel en plus.

Pas spécialement compliqué, il a su creuser son petit succès également auprès des joueurs experts.

TIKAL – Un jeu pour 2 à 4 joueurs à partir de 10 ans. Disponible ICI à partir du 9 Décembre

———————————–

Puisque je suis toujours sur le beau jeu, voilà un outsider qui me plait beaucoup pour sa fluidité et son très beau matériel. Il s’agit des PILLARDS DES MERS DU NORD

site_pixiegames_pillards_visuel_300x300

Distribué par PixieGames, c’est avec joie que l’on va pouvoir découvrir ce jeu en version française. Pillards des mers du Nord, c’est avant tout une boite plutôt de petit format, mais qui révèle un superbe matériel. On y trouvera toutes sortes de ressources en bois avec de belles découpes, comme par exemple des têtes de bovins pour représenter le bétail. On aura droit à des meeples portant des casques à cornes qui évoquent toute l’ambiance viking. Et, on aura même des pièces en métal, s’il vous plait !

Pillards des mers du Nord, ce sont aussi de belles illustrations très claires au couleurs vives, avec un petit côté bande dessinée, qui attire immédiatement le regard et donne, bien entendu, encore plus de plaisir.

site_pixiegames_pillards_visuel_contenu

Niveau mécanique, le jeu est très simple puisqu’il s’agira d’enchaîner des actions pour augmenter ses ressources et ses équipages pour enfin partir en mer pour écumer les terres lointaines sous forme de Raids. Le principe est très simple, puisqu’il faudra poser un meeple viking dans un lieu libre pour en faire l’action associés et en reprendre un autre ailleurs pour également faire l’action du lieu où ce dernier a été repris.

La couleur du viking posé ou repris permettra de faire varier la « puissance » de l’action. Ainsi les meeples noirs que l’on a au début, sont moins puissants que les gris et les blancs que ‘lon peut obtenir ailleurs sur le plateau et, notamment au cours de Raids. C’est bête comme chou, mais il y a une petite stratégie là dessous. En effet, si vous partez en Raid pour avoir plus de ressources et des vikings blancs, il faudra à un moment ou un autre les poser sur le plateau pour faire une action. Vous les rendez ainsi accessibles à des joueurs en retard sur le jeu…!

J’ai également apprécier l’effet de progression du jeu avec la géographie du plateau. Ainsi, plus vous serez puissant, plus vous irez dans la hauteur du plateau, et plus loin dans les terres. Au début, vous irez pillé les ports pour finir sur des forteresses qui amèneront plus de points de victoire. Bien entendu, les coûts pour partir seront de plus en plus exigeants en ressources et en équipage.

Enfin, des cartes équipages vous donneront des pouvoirs divers qui viendront pimenter le jeu. Celui-ci ayant une durée bien mesurée, d’environ une heure, il reste très agréable et relativement facile à prendre en main. Il plaira autant aux joueurs familial « plus »  qu’aux experts.

Je vous passe tous les petits détails comme la mort d’équipage et le valhalla, les offrandes, etc …

Pillards des mers du Nord est un excellent cadeau à faire !

PILLARDS DE LA MER DU NORD – Un jeu pour 2 à 4 joueurs à partir de 12 ans. Disponible ICI à partir du 22 Décembre (Oui ce sera juste)

———————————–

Un autre petit jeu de gestion qui arrive très bientôt, tout mignon avec son thème asiatique et ses petits chatons : MEOWTOPIA

news-meowtopia-ludovox-jeu-de-soci-t-ok-1

Meowtopia est, dans le jeu, une ville où ne résident que des chats. Le maire, vieillissant, décide alors de laisser sa place au chat qui sera le plus apte à le remplacer, C’est à dire au joueur qui saura, le mieux, développer son petit groupe de chatons.

meow-eclat

Le jeu se déroule en plusieurs manches où, durant chacune d’elles, les joueurs prendront le rôle de « joueur actif » tour à tour. Le joueur actif du tour pourra  alors réaliser une action plusieurs fois parmi un choix de cinq, représentées par des tuiles (Gagner de l’argent, Recruter, Trouver de la nourriture, Développer ses culturess et irrigations). Tandis que les autres joueurs pourront la réaliser une seule fois en suivant le joueur actif ou bien passer. Ensuite, on change de joueur actif, et on recommence. Mais cette fois, le joueur actif suivant aura moins de choix puisque des tuiles actions auront été choisies, au cours la manche en cours, par les joueurs actifs précédents, réduisant ainsi, petit à petit les choix.

couverture-meowtopia-2

Les chatons qui auront travaillé, ne penseront qu’à dormir pour se reposer, et les réveiller coûtera très cher.

Derrière cet univers très mignon se cache un jeu de gestion où chaque joueur devra faire évoluer son clan pour amasser un maximum de points de victoire. Pour évoluer, il faudra recruter des chatons, leur attribuer des tâches, organiser son commerce, développer son agriculture et enfin nourrir tout ce petit monde… Bref, c’est peut être mignon tout plein, mais c’est pô facile !

Meowtopia est la version française d’un jeu connu « Jungle Rumble » édité par EmperorS4 à qui l’on doit Burano, Round House. Il est joli, avec un thème hors de commun, mais pas si simple qu’il ne laisse paraître.

Meowtopia fera un cadeau original à mettre sous le sapin !

 

———————————–

Enfin noël, c’est la famille, certes, mais c’est aussi le bon moment pour passer une bonne soirée entre potes et se marrer un bon coup !

Pour cela, voilà un petit jeu bien sympa que j’ai découvert récemment et vraiment amusant. Il s’agit de HEIN ?

1abd6c63f29267ef009682b17311c089d4ed

Dans Hein ?, le principe sera de faire deviner à tout le monde un personnage ou un titre de film parmi trois choix. On pioche une carte est on donne des indications…

Mais là où c’est drôle, c’est qu’il faut qu’il y ait le moins possible de personnes qui trouvent la solution pour marquer des points. Sachant qu’on peut jouer jusque 17, ça peut devenir très chaud !

huh-exemple-fr

Ainsi, si 1 ou 2 personnes trouvent vous gagnez des points. Par exemple, 3  points pour celui qui a fait deviner et 3 pour les deux personnes ayant trouvé. On se retrouve alors dans des explications bien tordues !

Ainsi, il est préférable de dire « C’est un film où des terroristes détruisent une base militaire d’un gouvernement bien en place »

Vous avez trouvé ? non ? Et bien c’est « Star Wars » !

Si j’avais dit « C’est un film avec des vaisseaux spatiaux et la force », tout le monde aurait trouvé et c’est un zéro pointé !

Hein ? est vraiment très drôle. Il demandera cependant une certaine culture générale de base et sera plus difficile pour des enfants, mais j’ai bien parlé d’un jeu pour une soirée entre amis !

HEIN ? – Un jeu pour 3 à 17 joueurs à partir de 10 ans. Disponible ICI

———————————–

Bon ok, vous êtes en famille ? Il faut plaire à tout le monde ? Alors je ne peux que vous conseiller CODENAMES

codenames-vf

Dois je le présenter ? Oui ?

Alors Codenames, c’est le jeu « Passe-partout » qui plaira forcement à tout le monde. Que vous soyez jeunes ou vieux, tout le monde peut participer. Même si vous avez des non joueurs, aucun problème !

Dans Codenames, le principe consiste à poser 25 cartes avec des mots pour former un carré. Deux équipes sont alors formées, et l’un des joueurs de chaque équipe devra faire deviner des mots précis indiqués par une carte secrète. Pour cela, il ne donnera qu’un seul mot et le nombre de cartes qui évoquent ce mot. Il peut dire par exemple « Ciel et 2 », pour faire deviner « nuage » et « bleu ». Bien entendu, c’est souvent très tordu et les joueurs ne doivent pas se tromper sous peine de donner une réponse de l’autre équipe, de perdre la main, voir pire, en tombant sur la carte dîte de l’assassin qui met fait perdre aussitôt à l’équipe.

codenames-eclate

Le thème du jeu se base sur l’espionnage, mais il est juste là pour faire beau, car CodeNames est bien un jeu grand public dans le genre de Taboo par exemple.

CodeNames est le jeu idéal à offrir à des non-joueurs ou pour passer un bon moment entre amis ou famille. Je le conseille toutefois à partir de 4 joueurs

CODENAMES – Un jeu pour 2 à 8 joueurs à partir de 12 ans. Disponible ICI

———————————–

Enfin Noël peut être aussi une soirée en couple, en amoureux…. Et amoureux du jeu aussi !

Et là, j’ai bien quelques jeux qui me viennent à l’esprit comme Patchwork si vous aimez vous creusez un peu la tête, ou encore Andor Chada et Thorn si vous préférez l’aventure main dans la main… Mais je voulais mettre en avant un petit jeu très sympa et coloré dont on parle peu et pourtant vraiment bien. Il s’agit de BUBBLEE POP

boite-eclate-1024x768

Tout d’abord, il s’inspire des petits jeux vidéos tels que Candy Crush, ce qui devrait plaire. Ensuite, ses règles sont tellement simples qu’on peut pratiquement y jouer tout de suite, le jour même de Noël. Enfin, il faut savoir que Bubblee Pop a remporté deux prix ludiques (Flip de Parthenay et Octogones), ce qui n’est pas rien.

Son principe est très simple. Le but sera de récupérer le plus possible de Bubblees (Des jetons monstres) en les faisant tomber du ciel sur sa planète pour former des ensembles de 3 ou plus bubblees de la même couleur. Chaque joueur aura sa planète face à lui et le ciel sera entre les deux. On commence le tour en complétant le ciel de bubblees, puis on peut en intervertir deux verticalement ou horizontalement. Ensuit, on en fait tomber deux adjacents verticalement ou horizontalement afin de faire des ensembles.

violet3-bubblee-pop-jeu-de-societe-ludovox-150x150  jaune2-bubblee-pop-jeu-de-societe-ludovox-150x150

Vous avez regroupez 3 bubblees ou plus de la même couleur ? Vous les retirez, et ceux placés au dessus tombent plus bas… Et vous déclenchez le pouvoir de la couleur. On peut ainsi, intervertir des bubblees chez l’adversaire, lui en envoyer un à soi, en intervertir chez soi, etc.

On aura alors l’occasion de réaliser parfois de belles combinaisons en cascade !

Les parties durent 20 à 30 minutes et croyez moi, il est peu probable que vous en restez à une seule tant il est addictif !

BUBBLEE POP – Un jeu pour 2 joueurs à partir de 8 ans. Disponible ICI

———————————–

Enfin, il y a le cadeau Ultime. Celui du joueur expert, un nouveau graal à mettre en ludothèque. Il s’agit de A LA GLOIRE D’ODIN

a-la-gloire-d-odin-p-image-60389-grande

À la gloire d’Odin, c’est le 3 !   3 kilos de matos, 3 heures de jeu, 3 noeuds au cerveau minimum… Mais les experts aiment ça ! Si, si je vous jure !

Seulement voilà, ne nous cachons pas le visage, son prix c’est aussi 3 fois celui d’un petit jeu. Alors certains experts ont fait un pas en arrière… Ils ont pris la boite puis l’ont reposé, et font ce rituel à chaque passage en magasin avec un déchirement au cœur.

Mais voilà, Noël approche et c’est aussi le moment de donner de la magie, et faire des folies. Mettre un tel jeu au pied d’un sapin d’expert (Je parle d’un joueur, pas un bûcheron), ce sera le cadeau ultime !

À la gloire D’odin, c’est avant tout un jeu d’Uwe Rosenberg… Tout expert en jeu sait ce que signifie ce nom ! Il le connait, même mieux que le deuxième prénom de son père… Il sait que ce sera du jeu de gestion, du gros jeu de gestion. D’ailleurs, À la gloire d’Odin, c’est des dizaines de ressources, de plateaux et pas moins de 60 actions possibles…

lk_jds-a-la-gloire-dodin-2

Bon je vous rassure, certaines se ressemblent entre elles et une partie suffira à en prendre la main, car, au final, ce n’est pas si compliqué que cela à comprendre. Certes, il faudra lire une régle épaisse de 25 pages. Mais les aides de jeu sont bien là, et le plateau des phases de jeu présente le tout assez bien.

Je ne vais pas, ici, vous présenter tout le jeu. Mais À la Gloire D’Odin se déroule sur un thème viking où il faudra développer son clan, bâtir, collecter des ressources, prendre des armes, chasser, construire des navires, partir en raid, amasser de l’argent. Le tout se passe avec des choix d’actions variés et des placements astucieux de ses ressources pour collecter et ne pas perdre des points de victoire.  Bien entendu, à la fin de chaque tour, un grand banquet a lieu à la Gloire d’Odin…

À la Gloire d’Odin, le jeu à offrir pour un joueur expert.

A LA GLOIRE D’ODIN – Un jeu pour 2 à 4 joueurs à partir de 12 ans. Disponible ICI

 

———————————–

Et voilà, voilà tous mes choix pour noël… Bien entendu, il en existe de nombreux autres et c’est toujours difficile d’en laisser de côté.

Citons encore quelques jeux de qualité tels que KanaGawa, très joli et avec un thème zen, ou encore CS files pour jouer en groupe et découvrir un assassin. Enfin, il y a le prochain Space Cow Boys avec Watson & Holmes, un jeu d’enquêtes qui j’attends moi même. Citons également Hop le jeton, un très bon petit jeu qui rappelle les jeux de foire où il faut faire tomber des pièces. Kréo, un jeu coopératif retord où il faut créer le monde. Conan, un super jeu pour les joueurs qui aiment la figurine et l’aventure…

Bref, il y en a de nombreux autres et je suis certain que tout le monde devrait trouver son bonheur parmi tous les jeux qui existent. Cette liste n’est pas figée, car le principale est de faire plaisir et de passer de bons moment en jouant ensemble, en couple, entre amis  et en famille.

Je terminais mon bol de chocolat chaud et dégustais ma dernière bouchée de brioche que le Père Noël m’expliquait encore que le vrai cadeau, c’est de penser à ses proches. Offrir un cadeau, c’est un peu se faire plaisir, lorsqu’on voit le plaisir de la personne qui l’a reçu… Oui, c’est cela la magie de Noël….

Après cette chaleureuse visite et ses conseils avisés, je saluais le Père Noël pour repartir en traîneau retrouver mon laboratoire d’Alchimiste et vous faire découvrir à mon tour des nouveaux jeux.

Passez de bonnes fêtes !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Festival des jeux reims

Il est de ces festivals que je ne rate pas… Parce qu’ils sont gros comme celui de Cannes, parce qu’ils sont grands et accueillants comme celui d’Épinal, parce qu’ils sont chaleureux comme celui de Ludinord et bien d’autres encore où j’aime m’y rendre…

Et puis, il y a celui de Reims parce que je connais les personnes qui l’organisent et y participent comme bénévoles. Des personnes passionnées qui se défoncent à chaque fois pour faire mieux encore que l’année précédente.

Et cette année, ils y amènent des éditeurs, des auteurs, des prototypes, des nouveautés envoyées par des éditeurs partenaires, des décors de figurines, du jeu de rôles et plein d’autres choses encore…

Oui ! Cette année, ils ont mis les bouchées doubles. Alors j’irais me réfugier là bas, pour y jouer afin de passer de bons moments…

Alors venez là bas si vous êtes dans le coin …

Pour tout savoir dans le détail : Cliquez sur ce lien ICI

 

 

12512124_1011824602215120_1495733560_n

 

Reims lance sa 3ème édition son FESTIVAL DES JEUX

Un festival organisé par l’association Reims dés Jeux avec la présence de la plupart des associations de la région.

Plus de 40 bénévoles prêts à vous recevoir et vous faire découvrir les dernières nouveautés et les meilleurs jeux de société du moment, du jeu de rôles et du jeu de figurines !

Mais aussi…

La présence d’éditeurs avec ATALIA, RUNES EDITIONS et ORYGINS

LOGO-Atalia

LOGO-Runes

LOGO-Orygins

 La présence d’auteurs de jeux

 

Rémi Gruber, auteur d’Harald

c2a010207d2a28029bef3aec89b8871c9064

Pud_157x125x42.cdr

Emilie Thomas, auteur de Taup’Chrono

10011253_898495143552511_6516021707848922417_n

12593510_1720983164804622_419188608114891795_o

 

Des tournois pour s’affronter et gagner des lots

0a655a28991fa3ce860794a27051a5636bc3

pic761434

splendor

 

Des prototypes à découvrir

Meowtopia des éditions Runes Editions, Mu vs atlantide d’Emmanuel  Sustersic, Canyon Cup de François Pirson et Simon , Même pas peur !  …

DSC02348

13055179_606981952792437_2211475645475973379_o

mu

meme

 

Ils vous attendent pour vous faire découvrir leur création et attendre vos impressions…

Pour découvrir du jeu de Rôle et de la figurine

KNIGHT au coeur des ténèbresknight-livre-de-base

Frostgrave

 12299299_1938523936372051_1825161533643197217_n

Mais aussi des projets…

be1b220fc1033dfb09fd3640284c3f

Mécanicartes est un projet actuellement disponible sur Ulule. Elles se définissent comme un outil simple et pratique permettant d’avoir une meilleure compréhension de ce qui compose un jeu et de faciliter la personnalisation de ses règles. Ce paquet de cartes peut également servir de cadre de contraintes pour créer ses propres jeux, que vous soyez un créateur en herbe ou un auteur à la recherche de nouvelles idées !

Et tout un tas d’autres jeux issus de partenaires

libellud-73-1282658550 LOGO-Asmodée LOGO-Blackrock LOGO-CatchUp LOGO-Gigamic LOGO-Ludinaute

Des jeux que les bénévoles ont l’impatience de partager avec le public

Et bien sûr des espaces boutiques

avec la présence de L’alchimiste

entete

Alors Venez nombreux !

 

 

Un festival de Jeux – Episode 4 – Happy Pigs – Beyond Baker Street – Meowtopia

Vous avez raté le troisième épisode ? Venez découvrir mes avis sur Vikings On board, Fourberies et Meeple War  ICI

On avait beau être à Cannes pour le festival du jeu, dehors il faisait vraiment un temps de cochon ! Une occasion pour tester justement …

HAPPY PIGS

Il y a beaucoup de monde qui se bouscule pour essayer les nouveautés de IELLO.  En attendant qu’une table de « Happy Pigs » se libère, j’en profite pour obtenir une belle dédicace de Lorène Barioz, l’illustratrice de Candy Chaser.

 

20160227_130606

 

Finalement, Linomoket et moi même prenons place, avec un autre couple, autour d’une table pour échanger nos cochonneries 😉

Il faut dire qu’au départ, avec un tel nom « Happy pigs », je pensais avoir affaire à un ‘party game’. Mais que Nenni !  Virginie de IELLO m’a très gentiment accordé de son temps pour m’expliquer les grandes lignes et qu’il s’agissait, en fait, d’un jeu de développement destiné à un public familial.

Attisé par la curiosité, il ne me restait plus qu’à le tester.

20160227_133121

Dans Happy pigs, nous voilà,éleveurs de porcs, et bien décidés à ramasser un maximum de pognon, puisque tel est le but. On aura alors toute une année pour rentabiliser notre petite affaire.

L’année sera divisée en 16 tours avec 4 manches pour chaque saison.

Au départ nous disposons d’un petit enclos pour nos cochons, qui pourra  être agrandi par la suite.

20160227_133048

A chaque manche, on aura la possibilité de réaliser l’une des 4 actions possibles du jeu. Cependant, on pourra la répéter un certain nombre de fois.

Ces actions sont :

  • Nourrir les cochons
  • Acheter des trucs, des cochons
  • Vendre, en général des cochons
  • Reproduire (Oui, oui, je parle bien de faire des bébés)

Avant tout, une des 16 cartes saison est retournée à la vue des joueurs au début de chaque manche. Elles ont alors plusieurs fonctions. La première est de servir de compte-tour, puisque, au bout des 16 cartes, la partie prendra fin.

La seconde fonction sera de donner un bonus pour la manche en cours. Ce peut être, par exemple, des réductions de prix pour nos achats, ou encore des vaccins,… Enfin, la carte indiquera le nombre de fois où l’on pourra réaliser  les 4 actions comme par exemple, nourrir les cochons 8 fois, acheter 6 fois, etc…

 

20160227_133044

Les joueurs choisissent alors, tous ensemble, une des 4 actions à l’aide d’un jeton qu’ils retournent, face cachée, devant eux…

20160227_133530

Tout le monde révèle, ensuite, son action et c’est là qu’intervient la subtilité du jeu.

En effet, si vous êtes le seul à avoir choisi une des 4 actions, vous pourrez alors profiter du nombre de fois indiqué sur la carte saison pour pouvoir la réaliser. Vous gagnez même une pièce pour les fois où vous ne voulez pas répéter l’action.

En revanche, si vous êtes plusieurs à choisir la même, et bien le nombre de répétition de l’action sera alors divisé entre tous les joueurs qui ont fait le même choix.  Par exemple, si la carte proposait de nourrir 8 fois et que 4 joueurs ont choisi la même chose, chacun ne pourra la réaliser que 2 fois ! Damned !

Bien entendu, les bonus proposés par la carte saison pousseront souvent les joueurs à choisir la même action…  On pourra, alors, se dire  qu’il ne faut pas prendre telle ou telle action. Oui, mais si tout le monde change, j’ai peut -être une chance d’être seul dessus …  Bref ce sera la dilemme à chaque tour !

 

20160227_135841

Parlons des actions….

L’action « nourrir » nous permettra de faire grossir nos cochons qui prendront alors de la valeur lorsqu’ils seront revendus

L’action « acheter » nous permet d’acheter des cochons, en général, des bébés cochons, mais aussi divers éléments comme de nouveaux enclos, des vaccins, ou des aliments qui vont booster la croissance… Et oui, tout est bon dans l’cochon, même les hormones !

L’action ‘vendre’, est, bien sûr, celle qui nous permettra principalement de revendre les gros cochons, source principale d’argent.

Enfin, l’action ‘reproduire’ permet de faire des bébés cochons…. S’il vous plait, ne m’obligez pas à donner des détails ! Surtout que, dans Happy pigs, un seul adulte suffit à avoir un bébé… C’est beau la science, quand même…

Il sera également nécessaire de vacciner nos cochons grâce des seringues qui devront être achetées. Tous les cochons, non immunisés, seront perdus en fin de saison, donc toutes les 4 manches.

En fin de partie, c’est finalement le moment du décompte et les cochons encore présents sur les enclos sont revendus. Le joueur le plus riche remporte alors la partie !

Ce que j’en pense ?

Jamais je n’aurais pensé faire des trucs cochons devant tout le monde, sur un festival. Mais, ma foi, je n’ai pas trouvé cela désagréable. La subtilité principale d’Happy Pigs sera d’essayer de deviner ce que les autres joueurs ont choisi pour profiter au maximum des actions. En général, il faudra refuser les bonus offerts par les cartes saisons. Mais attention ! Car si tout le monde adopte la même stratégie, non seulement vous allez devoir vous passer du bonus mais vous risquez de devoir quand même partager le nombre d’actions avec les autres.

Le jeu est léger par ses règles qui s’expliquent en quelques minutes. Ce qui permet de le mettre en place très rapidement même avec des joueurs novices. Happy Pigs a surtout la possibilité d’être jouable jusque 6 joueurs. Tout cela nous donne un jeu sympathique, à jouer en famille, sans basculer dans le classique ‘party game’. Personnellement, j’aurais augmenté la difficulté du jeu en interdisant la revente finale des cochons encore dans l’enclos…

Coloré, fluide, jouable à 6, et à moins de 30 euros, Happy Pigs est un bon petit jeu familial

Disponible à L’Alchimiste ICI

 

Quel meilleur enchaînement, après avoir fait quelques trucs cochons, que de se retrouver invité à une soirée privée…

Cette fois, l’Alchimiste pouvait, non seulement, grignoter leurs cacahuètes de FILOSOFIA, mais aussi tester leurs prochaines sorties. Et l’une d’elles a vraiment retenu mon attention …

BEYOND BAKER STREET

 

20160227_232057

Soyons franc, Beyond Baker Street s’inspire complètement de la mécanique de Hanabi. On pourrait presque dire qu’il s’agit d’une variante dans un nouvel univers, celui de Sherlock Holmes…

Le principe de Beyond Baker Street sera de résoudre trois énigmes à l’aide de cartes indices distribuées entre les joueurs.

20160227_231648

Tout comme Hanabi, ces cartes sont tenues en main face aux coéquipiers. Ainsi, personne ne peut voir sa propre main…

Les énigmes sont réparties en trois domaines : Loupe, piste et document, qui sont représentées par des petits symboles sur les cartes. Ces énigmes seront en fait 3 paquets de 3 cartes posées sur le haut du plateau de jeu et dont on retournera, face visible, la première de chaque paquet. Celles-ci indiquent alors une valeur à atteindre avec nos cartes indices sans la dépasser…

Enfin, deux pions sont placés sur des pistes. La piste « Sherlock Holmes » représentera le nombre de fois où les joueurs pourront se passer des informations sur leur main de cartes et l’autre sera le résultat d’une valeur cumulée de cartes indices qu’on aura défaussé, sachant qu’il faudra atteindre très exactement un total de ’20’. Une fois la mise en place réalisée,  la partie peut débuter.

Tel Hanabi, les joueurs pourront se passer oralement une information en indiquant, dans la main d’un coéquipier, soit les cartes de même valeur, soit les cartes ayant le même symbole.

« Ces 3 cartes sont des documents » ou « Ces 2  cartes ont une valeur de 3 ».

A chaque indice passé, le pion Sherlock Holmes sera alors décrémenter sur sa piste. Ainsi, on ne pourra pas se passer des informations à l’infini, mais à peine une quinzaine à 4 joueurs ! Attention donc à bien retenir ce que l’on sait et à donner les bonnes informations…

Un joueur pourra également, comme action, poser une de ses cartes indices sous une énigme. Ainsi, la valeur de cette carte viendra s’ajouter à la valeur de celles déjà posées, pour essayer d’ atteindre très exactement une valeur cumulée identique celle de l’énigme. Attention ! Il ne faudra surtout pas la dépasser !

Bon…. on aura parfois une chance, si on s’est planté, de rechanger la valeur finale en retournant une des cartes face cachée qu’on avait mis en place au début avec les énigmes… 

20160227_231550

Si on atteint exactement la valeur de l’énigme, on pourra alors, comme action, « confirmer » celle-ci. Ce qui permettra, entre autres, de faire remonter le pion Sherlock Holmes. Cette énigme est désormais résolue ! Ouf…

Enfin, on peut aussi défausser une de nos cartes indices, qui viendra cette fois faire bouger l’autre pion d’autant de cases que la valeur de la carte.

Pour gagner, il faudra résoudre les 3 énigmes tout en faisant atteindre une valeur de 20 exactement aux cartes défaussées. Autant dire que ce n’est pas du gâteau ! Mais pas forcement impossible…

20160227_231632

 

Ce que j’en pense ?

Wouuuh l’autre ! Il a copié sur Hanabi ! ….Et oui, c’est vrai, même si on a beau argumenté, il s’agit clairement d’un jeu basé sur la même mécanique.

Pourtant… oui pourtant, je l’ai trouvé mieux que Hanabi pour trois raisons.

Tout d’abord, il y a une vraie notion de partie ratée ou réussie. En effet, Hanabi n’a pas vraiment de but mais juste un niveau de succès (C’est mauvais, c’est moyen, c’est bien …). Avec Beyond Baker Street, on a, au contraire, un but bien précis à atteindre.

La seconde raison est que, plus je joue à Hanabi, plus je me dis que la réussite totale me semble impossible. En revanche, l’objectif de Beyond Baker Street me semblait dans le domaine du possible.

Enfin, la troisième raison est le matériel et l’univers de Beyond Baker Street. En effet, pour un jeu d’indices, je trouve que le thème « Shelock Holmes » est plus approprié que la création d’un feu d’artifice comme le propose Hanabi, thème auquel on ne prête pas du tout attention . Ceci dit, il s’agit bien sûr d’un avis personnel…

Hanabi reste, malgré tout, un très bon jeu. Pour preuve, il a inspiré Beyond Baker Street qui en a repris la mécanique principale.

Alors que le festival de Cannes se terminait déjà, j’en profite, après les cochons d’Happy Pigs, de  revenir sur un peu de tendresse avec les chatons de …

MEOWTOPIA

Meowtopia n’est pas encore édité, mais c’est une bonne occasion de tester une pré-version de la prochaine sortie programmée chez Runes Editions (King et Assassins, Harald).

Meowtopia est la version européenne de « Jungle Rumble », un jeu asiatique déjà édité depuis 2013.

DSC02345

 

Meowtopia est, dans le jeu, une ville où ne résident que des chats. Le maire, vieillissant, décide alors de laisser sa place au chat qui sera le plus apte à le remplacer, C’est à dire au joueur qui saura, le mieux, développer son petit groupe de chatons.

Derrière cet univers très mignon et manga, se cache un jeu de gestion où chaque joueur devra faire évoluer sa tribu pour amasser un maximum de points de victoire. Pour évoluer, il faudra recruter des chatons, leur attribuer des tâches, organiser son commerce, développer son agriculture et enfin nourrir tout ce petit monde… Bref, c’est peut être mignon tout plein, mais c’est pô facile !

Le jeu se déroule en plusieurs manches où, durant chacune d’elles, les joueurs prendront le rôle de « joueur actif » tour à tour.

Le joueur actif du tour pourra  alors réaliser une action plusieurs fois parmi un choix de cinq, représentées par des tuiles. Tandis que les autres joueurs pourront la réaliser une seule fois en suivant le joueur actif ou bien passer.

Ensuite, on change de joueur actif, et on recommence. Mais cette fois, le joueur actif suivant aura moins de choix puisque des tuiles actions auront été choisies, au cours la manche en cours, par les joueurs actifs précédents, réduisant ainsi, petit à petit les choix.

DSC02348

Lorsque tout le monde aura pris le rôle de joueur actif, on replace les tuiles actions à disposition, on change de premier joueur et on relance une manche, ainsi de suite…

A son tour, le joueur actif commencera par avoir la possibilité de réveiller ses chatons qui sont endormis, c’est à dire ceux qui auront bossé au tour précédent.  Si aucun n’est endormi ou un seul est réveillé, ce sera le bonheur car ils ne réclameront pas de nourritures. En revanche, il faudra nourrir ces voraces petites boules de poil, si plusieurs sont réveillés par le joueur… Et croyez moi, ils ont tout le temps faim !

J’en ai bavé pour les nourrir, pour le grand plaisir de mes adversaires me voyant en pleine galère !

 

DSC02350

Une fois les chatons réveillés, on pourra alors choisir une tuile action pour la réaliser autant de fois que l’on veut selon le nombre de chatons qu’on envoie travailler. Par exemple, ci dessus, j’ai choisi de créer un champs en envoyant l’un de mes chatons. Aussitôt, ceux qui auront participé à l’action, iront dormir et on retourne de nouveaux les chatons, côté sommeil… Non seulement, ils ont tout le temps faim, mais ils ne pensent qu’à dormir ! Là aussi, j’ai bien galéré…

Les actions sont assez simples :

On pourra gagner des pièces d’or qui pourront être données à nos chatons ‘commerçants’ au moment du réveil, ce qui rapportera beaucoup de points de victoire. (On peut aussi donner de la nourriture aux commerçants)

On pourra aussi recruter de nouveaux chatons, travailleurs ou commerçants, contre de l’or. Attention cependant ! Il faudra nourrir tout ce petit monde à la fin de notre tour.

On pourra aussi justement, comme action, chercher de la nourriture.

Et enfin, on peut créer des champs, et les irriguer pour générer justement de la nourriture disponible à chaque tour.

Plus, on consacre de chatons à une tuile action, plus elle sera rentable…

DSC02354

Une fois, son action réalisée, les autres joueurs pourront la suivre en la réalisant une seule fois avec un chaton réveillé ou bien passer.

Et passer, c’est aussi l’occasion de réveiller gratuitement l’un de ses chatons.

Enfin, le joueur actif doit nourrir tous ces chatons. Ces champs lui permettront de nourrir gratuitement sans dépenser de jetons nourriture.

DSC02352

On continue ainsi la partie jusqu’à ce que les jetons de champs, les irrigations, où le recrutement soient épuisés. On procède alors au décompte final.

DSC02353

Les meilleures sources de points victoire seront le nombre de chatons qu’on aura réussi à recruter, mais aussi l’or ou la nourriture qu’on aura su garder et attribuer à nos chatons commerçants.

Les champs, les irrigations et les ressources restantes nous donneront aussi des points supplémentaires.

Ce que j’en pense ?

Sous son aspect tout mignon, Meowtopia est un petit jeu de gestion très malin où j’ai eu pas du mal à imbriquer l’ordre des actions. J’ai d’ailleurs lamentablement perdu !  Non pas que le jeu est compliqué, mais il présente vraiment une mécanique d’enchaînements pas aussi facile que cela à prendre en main.

Il s’agit d’avoir un bon timing pour réussir et j’ai vraiment sous estimé le jeu. Après cette lamentable défaite, j’ai du partir avec un gout de « reviens y » et « prends ta revanche ! »….  Ce que je compte faire prochainement, non mais !

N’hésitez pas à le tester si vous en avez l’occasion.

Remi Gruber sera présent le 30 Avril et 1er Mai au « Festival dés Jeux » à Reims

 

 

 

D’autres jeux ?

Bien entendu, j’ai eu l’occasion de tester et croiser d’autres jeux à Cannes …

 

Ci-dessous Omega, un prototype qui demande encore du travail, mais un thème original

DSC02337

 

D’autres prototypes …

DSC02297

DSC02276

DSC02268

 

Bien entendu, Tric Trac était présent…

DSC02145

 

Un prototype de Remi Saunier qui semble fort prometteur…

20160228_144506

 

Knit Wit de Filosofia …

 

20160227_213457

20160227_213426

Un, deux, Kroa… Un super petit jeu de rapidité d’Antonin Boccara où la grenouille veut se faire plus grande que le boeuf.

DSC02328

 

Le meilleur Goodies du monde ! Merci à Olivier Laffon,t auteur de Archaeologia

20160227_195315

 

XZHAIA … Prototype de Serge Mascadar. Un jeu de carte futuriste. Et comme tous les protos de Serge, j’ai bien aimé !

20160226_235248

20160226_235233

20160226_235225

 

 

La nouvelle édition de Amun RE …sublime !

20160225_184940

20160225_184935

 

HOPE de Morning Players …  Toujours plus beau

20160225_184633

 

Le festival de Cannes fêtait ses 30 ans déjà !

20160225_194038

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un festival de jeux – Episode 3 – Vickings On Board – Fourberies – Meeple War

Vous avez raté le second épisode ? Venez découvrir mes avis sur Dice Forge (Prototype), Via Nebula et Haleakala, ICI

Mais revenons à cette première journée à Cannes. il est 13 h 30 et j’aurais déjà dû avaler l’un des merveilleux sandwichs du festival afin de nourrir mon petit corps tout frêle… hummm

Mais la soif est plus forte. Non pas pour la boisson, mais pour tester encore et encore des nouveautés ludiques. Après une rapide rencontre avec Matthieu Lanvin, le rendez-vous est fixé et j’ai l’honorable occasion de venir tester la future sortie de Blue Orange …

DSC02326

 

VIKINGS ON BOARD

DSC02316

 

Vikings On Board est un jeu de ce très cher Charles Chevallier, mais aussi Catherine Dumas et Pascal Pelemans. Vous l’aurez deviné, le thème se base sur ces messieurs à cornes, non pas les cocus, mais ces terribles guerriers que sont les vikings.

Mais avant d’avoir le talent de terroriser et de massacrer les populations lors de pillages en règles, les vikings étaient avant tout d’excellents navigateurs. Et c’est justement ce dont il est question dans le jeu, puisque nous allons préparer nos navires pour prendre la mer.

Dans la boite de Vikings On Board, nous allons découvrir un magnifique matériel, composé de drakkars en 3D, de belles figurines et des illustrations des talentueuses Maëva Da Silva et Christine Deschamps. On y trouvera d’ailleurs une foule de détails très amusants, jusqu’au fond des cales des navires, laissant deviner, de la part des illustratrices, un véritable plaisir de réalisation.

 

20160226_133436

 

DSC02317

 

20160226_133516

 

Bref, c’est un très beau jeu !

Après les explications de Matthieu, on comprend rapidement qu’il s’agit d’un jeu plutôt familial, mais avec tout ce qu’il faut de profondeur pour se creuser la tête. Oui, du « familial plus », si vous préférez…

Chaque joueur va incarner un clan viking. Le but sera de construire des drakkars à l’aide de portions de coques. Une fois complet, ces bateaux partiront en mer. C’est à dire dès qu’ils auront une proue et une poupe.

DSC02318

Il faudra essayer de placer des tronçons de coques à l’effigie de son clan, afin d’être majoritaire dans les navires les plus chargés de marchandises . Pour reconnaître ses « morceaux » de navires, de petits boucliers, allant de 1 à 3, sont placés sur chaque côté des tronçons de coque. Bien entendu, il sera possible de charger les navires de marchandises diverses (Clous, Blé, fourrures) avant son départ.

Lorsqu’un navire part, ce seront ceux qui auront  le plus de boucliers présents qui se serviront en premier parmi les marchandises embarquées et devinez, celles ci donneront des points de victoire. Enfin presque, puisqu’il faudra songer aussi à faire grimper la valeur de ses marchandises.

DSC02321

Tout cela se prépare grâce à des actions que l’on choisira en plaçant nos figurines auprès d’échoppes qui bordent le quai, chaque emplacement étant unique. Ainsi, chaque action ne pourra être prise que par un seul joueur.

Pour chacune des échoppes, on aura un emplacement au dessus et en dessous. Avant de débuter la partie, toutes nos figurines sont posées en dessous des échoppes de manière répartie. Puis on prendra les figurines de droite à gauche sur le quai, pour choisir, chacun, un emplacement au dessus d’une échoppe. Les meilleures  actions étant situées à gauche, on aura très envie de s’y précipiter. Seulement à la manche suivante, vous serez alors dans les derniers à jouer ! Rappelez vous, l’ordre se fait de droite à gauche…  C’est simple mais très malin.

Parmi les actions proposées, il y aura la possibilité de charger les navires, de faire grimper la valeur des marchandises, mais surtout de déplacer des tronçons de bateau à soi ou aux autres de différentes façons entre les navires. On tentera ainsi d’avoir une majorité de boucliers dans les bateaux les plus remplis de marchandises et sur le point de partir.

Une des actions les plus puissantes sera d’être le joueur qui pourra placer une poupe à un drakkar pour enclencher son départ. Bien sûr c’est l’action la plus à gauche du plateau !

DSC02320

Une fois, un navire en mer, ceux qui ont le plus de boucliers sur la coque se partagent les marchandises emmenées à bord, pour les poser sur leur plateau de clan et pour les cumuler des points au moment du décompte final.

20160226_150952

 

S’il est parfois difficile de placer ses tronçons dans un navire, une action vous permet de profiter de la présence des adversaires, sans pour autant que vous soyez le majoritaire. En effet, il sera possible de parier sur un navire, pour choisir qui sera le majoritaire. Si le pari est correct, vous allez alors gagner des points de victoire, sans pour autant être présent dans le drakkar. En effet, vous serez très vite limité en nombre de tronçons à votre disposition.

On fera ainsi partir 7 navires avant de procéder au décompte final. Décompte qui additionnera les marchandises gagnées en fonction de leur valeur, ainsi que des paris réussis.

DSC02325

 

Après une rude partie, ce sera Hélène Graveleau de Plato magazine et membre du jury de l’as d’or qui m’enlèvera la victoire de peu. Bravo à elle !

Ce que j’en pense ?

Vikings On Board n’est pas si familial qu’il ne laisse paraître. Malgré des explications plutôt simples, il demande réflexion dans les enchaînements d’actions et les placements sur les échoppes afin de bien préparer sa prochaine manche. Il s’agrémente d’alliances qui vont se faire oralement entre les joueurs pour tenter de contrer le joueur gagnant, ou tout au moins celui qu’on pense, puisque les gains, une fois acquis, sont secrets.

Personnellement, j’ai passé un bon moment durant cette partie de Vikings On board et j’ai bien apprécié sa mécanique. Le jeu présente un très beau matériel qui nous plonge bien dans son univers.  C’est un jeu qui mêle à la fois de la programmation de placement, des alliances entre joueurs et du risque avec les paris. Malgré le mélange de ces trois mécaniques, il reste facile à prendre en main et s’adresse à tout type de joueur.

Il fait partie des jeux que j’ai le plus apprécié durant les festivals.

——————————–

 

Après cette partie de Vikings On board, petite sortie pour respirer un peu d’air frais et avaler une salade. Mais déjà le public s’entasse sur le festival. Et pour le prochain jeu, on devra se confronter à de l’attente. Il faut dire que Bombyx avait réalisé un superbe stand pour son dernier jeu :

FOURBERIES

 

20160225_184605

A Cannes, c’est sur un stand avec un décor magnifique que Bombyx présente Fourberies, un jeu de Christian Martinez et Bruno Cathala (Et oui encore lui)…  Mais c’est un décor à la hauteur de la beauté du jeu, puisque Fourberies présente lui aussi un très beau matériel, avec une scène de théâtre en 3D et des figurines, le tout superbement illustré par Julien Fleury (Le Chaperon rouge).

Fourberies s’appuie sur un thème basé sur le théâtre, mais il sera beaucoup plus abordable, niveau stratégique, que Shakespeare qui s’adresse à des joueurs plus experts. Fourberies est un jeu familial dont la mécanique principale va s’appuyer sur la création d’une troupe théâtrale en  ramassant des cartes d’acteurs et de pouvoirs. Ces cartes seront placées sous différentes villes illustrées sur le plateau, qu’il faudra visiter pour les obtenir…

Seulement voilà, il faudra surtout y aller seul, car si un adversaire choisit la même ville, personne ne prend les cartes et elles viendront parfois modifier l’objectif des joueurs.

L’objectif principal sera de satisfaire l’humeur du Roi qui voudra, soit une comédie, soit une tragédie. Il faut donc, selon les cas, recruter des comédiens ou des tragédiens et de préférence en être le majoritaire.

20160226_201554

A chaque tour, on place des cartes sous chaque ville du plateau central, depuis une pioche. Ainsi, les villes non choisies aux tours précédents auront de plus en plus de cartes. Ces cartes représentent des comédiens (en jaune) ou des tragédiens  (en rouge), mais aussi des saltimbanques qui apportent divers pouvoirs comme la possibilité de se réserver une ville, ou être à  la fois comédien ou tragédien, ou encore pouvoir choisir deux villes, et bien d’autres choses encore….

Une fois, les cartes placées, chaque joueur a en main des cartes qui représentent chaque ville. Tous les joueurs en choisissent une secrètement et la révèle en même temps. On prendra possession des cartes placées sous la ville choisie à condition d’y être seul. C’est à ce niveau que tiendra toute l’essence du jeu, puisqu’il faudra essayer de deviner ce que les autres ont choisi.

En revanche, si nous sommes plusieurs à choisir la même ville,  les acteurs présents sont alors défaussées et feront bouger l’humeur du Roi vers la comédie ou la tragédie selon les cartes défaussées, venant parfois perturber les choix des joueurs pour leur troupe théâtrale.

A cela, s’ajoute l’impossibilité de choisir une ville où nous sommes déjà passées. Pour s’en rappeler, on y dépose l’une de nos très jolies figurines de caravelle… Bien entendu, certains saltimbanques nous permettent  de récupérer toutes nos caravelles.

20160226_201535

Une fois les villes résolues, on replace ensuite de nouvelles cartes et on recommence à choisir des villes en essayant de suivre l’humeur du roi ou au contraire pour tenter de la faire basculer vers le côté qui nous arrange. On pourra également se doter de cartes de bonus supplémentaires lorsque nous sommes à plusieurs dans une ville, c’est à dire lorsque les cartes sous la ville sont défaussées. Ces cartes bonus apporteront, en général, de l’argent en fin de manche.

Lorsque la pioche de cartes est épuisée, on procède alors à un premier décompte. On gagnera des pièces selon que nos acteurs sont en phase avec l’humeur du roi, mais aussi si on a la meilleure troupe, c’est à dire des majorités pour nos acteurs par rapport aux adversaires. On joue également à ce niveau l’une de nos cartes bonus.

Puis on reconstitue de nouveau la pioche et on effectue une seconde manche. Bien entendu, le joueur le plus riche remporte la partie.

Mais à quoi sert le théâtre ? Et bien, je dirais principalement à donner du « volume » au jeu pour nous plonger dans le thème. Mais il permettra également de bouger un petit curseur qui indique l’humeur de roi. Enfin, il permet également d’y placer des régisseurs sur une scène qui, plus ils seront nombreux, plus ils apporteront de l’argent. Mais si l’humeur du roi change de tragédie à comédie (ou l’inverse), un fond de décor tournant viendra les éjecter ! C’est un peu gadget, mais c’est bien fait !

Ce que j’en pense ?

Fourberies vise clairement un public familial. Il n’est pas question de véritables stratégies dans le jeu. L’essence du jeu s’appuie surtout sur le fait de deviner ce que les autres joueurs ont choisi comme villes, pour éviter toutes mauvaises surprises. Le jeu est, ainsi, plutôt chaotique et tout peut basculer durant chaque manche. Ce qui est, en soit, assez amusant, mais pourra rebuter certains joueurs qui préfèrent plutôt se construire une stratégie sans se retrouver à l’inverse de ce qui est demandé en quelques tours. Dans fourberies,  l’ambiance viendra de ces changements de situation, auxquelles il faudra constamment s’adapter et tenter au mieux de garder son objectif. Oui, le jeu est vraiment fourbe.

Le matériel, quant à lui, est tout simplement magnifique avec un théâtre en 3D, de jolies figurines et de belles illustrations.

Si vous aimez la stratégie pure, Fourberies n’est pas pour vous. En revanche, si vous aimez les jeux de guessing en devinant les choix adverses et les retournements de situation, parfois fourbe, qui viendront ennuyer vos adversaires, c’est le jeu qu’il vous faut !

——————————–

 

Après une courte nuit de sommeil, nous avons enchaîné, le lendemain matin ,avec grande curiosité sur le nouveau jeu proposé par les éditions Blue Cocker :

MEEPLE WAR

DSC02339

Dans « Meeple War », il y a « War » !  En effet, le but ultime sera clairement de se mettre sur la tronche pour gagner. Avec des règles plutôt simples malgré la variété des bâtiments, Meeple War pourrait se qualifier de mini wargame . En effet, les joueurs ont, pour principal objectif, de se créer des armées pour les envoyer sur le terrain, afin d’écrabouiller quelques adversaires en chemin, mais aussi pour pénétrer dans les bâtiments ennemis en occupant leurs fortifications.

Mepple War se distingue surtout par son univers, puisqu’il s’appuie sur une guerre entre meeples !

Ces petites pièces en bois sont, selon le jeu, de grosses machines de combat, faîtes de bois et de métal, qui sont pilotées par des lilliputiens. Ainsi, le jeu serait à taille réelle ! Oui… l’auteur ne boit pas que de l’eau, mais avouez, quand même,  que c’est un point de vue original.

On étale alors une carte composée de tuiles hexagonales comme le veulent les traditionnels wargames. Puis, aux extrémités du pays, composé de plaines et forêts, chaque joueur installe une grande tuile formée de quatre hexagones où seront placés les bâtiments que chacun pourra construire parmi un choix de 10 possibilités. Chaque joueur démarre avec la place du village, une structure essentielle qui permet de débuter la bataille en se lançant dans la construction de nouveaux bâtiments, mais aussi pour fabriquer quelques meeples et les envoyer au combat.

20160227_101141

 

Pour chaque bâtiment, on place un ouvrier représenté par un petit cube blanc.

Au début de chaque tour, on déplacera ces ouvriers au long de chemins plus ou moins longs vers une tâche précise. Par exemple, pour créer deux meeples dans notre réserve ce qui prendra deux tours  avec la place du village. (Au bout de chaque tâche, l’ouvrier perd un tour pour revenir au début des actions)

 

DSC02341

Une des actions les plus importantes en début de partie sera de se procurer de nouveaux bâtiments parmi les  10 proposés par le jeu. Mais on ne pourra, comme dit plus haut, en avoir que quatre simultanément dans nos murailles, quitte à en remplacer certains par de nouveaux.

20160227_102924

 

La plupart des bâtiments permettent de fabriquer des meeples et de les armer. Fabriquer un meeple consiste à en prendre un de sa réserve et le placer sur une petite tuile « entrepôt » qui se trouve devant soi. Armer un meeple consiste à le prendre de sa réserve et de l’envoyer sur le terrain, en général en partant depuis la porte de la ville.

Mais au delà de ces deux actions, nous verront que certains bâtiments nous offrent d’autres possibilités, dont des trucs bien balaises !

Un nouveau bâtiment sera en construction. Là aussi, il faudra plusieurs tours  à l’ouvrier pour le rendre opérationnel. En général, plus le bâtiment offre des actions puissantes, plus le temps de construction et la réalisation de l’action demandent des tours de jeu. Ainsi, une catapulte, capable de supprimer tous les ennemis présents sur une case en un coup, demande 4 tours pour être construite et 3 tours pour la rendre opérationnelle au tir.

DSC02340

En dehors des actions des bâtiments, nous aurons ensuite une phase de déplacement. On pourra alors marcher tranquillement au travers des plaines en sifflotant, mais surtout croiser des meeples ennemis pour se battre ou, encore entrer dans des cités adverses pour les envahir.

Enfin, il sera possible d’explorer les environs, c’est à dire ajouter de nouvelles tuiles qui nous apporteront divers bonus intéressants.

DSC02343

Pour remporter la partie, il faudra accumuler 6 points de victoire. L’une des solutions consiste à éliminer des ennemis lors des batailles. Les résolutions sont très simples puisque ce sera du un pour un. C’est à dire un attaquant meurt mais un ennemi meurt. Ceci apportera alors des points de bravoure qui, au bout de 7, donnent un point de victoire. Les attaquants en gagneront plus que les défenseurs.

Une autre façon de remporter un point de victoire consiste à occuper des fortins sur la carte. Ces positions stratégiques apportent de 1 à 2 points de victoire aux occupants.

Enfin, la troisième et surement la plus efficace est d’occuper les fortifications adverses jusque leur destruction.

Pour marquer un point de victoire, on placera alors un de ses meeples sur la montagne de la victoire, c’est à dire qu’on devra poser un de ses meeples sur un petit plateau triangulaire. Ainsi, plus on gagne de points de victoire, moins on aura d’armées disponibles… Attention donc à bien régler tout cela !

Les bâtiments nous permettront ainsi de fabriquer des armées, mais pas seulement… En effet, certains seront redoutables en éliminant tous les ennemis d’une tuile, ou encore en allant renforcer directement nos armées sur le terrain, ou encore en évitant d’envoyer directement nos armées vaincue à la casse mais en les recyclant plus rapidement. On aura même l’église, qui nous permettra de convertir des ennemis, occupant nos bâtiments, à notre effigie, pour remporter le point de victoire à la place de l’adversaire… ! Bref, on aura pas mal de choix. Enfin presque… puisque, rappelez vous, on ne peut mettre en oeuvre que 4 bâtiments simultanément.

Enfin, certains terrains, découverts en exploration, apportent aussi des bonus. On aura des bonus de combat ou de défense, mais aussi des moyens pour voyager plus vite sur la carte et traverser aisément des forêts, logiquement infranchissables, par exemple grâce à des tunnels…

Dès qu’un joueur aura atteints ses 6 points de victoire, la partie prend fin immédiatement.

DSC02344

Ce que j’en pense ?

Meeple War est une façon amusante de découvrir le wargame. Avec des règles simples, il convient à tout public qui ne recule pas devant des jeux d’affrontements purs. C’est à dire ceux qui serrent très fort les dents avec un sourire artificiel, lorsqu’ils perdent une partie de leur armée. Les bonus et les actions des bâtiments sont assez nombreux à retenir  à la première explication, mais un résumé, en fin du livret de règles, nous rappelle tout ce qu’il faut savoir. Après une première partie, vous aurez une bonne prise en main du jeu.

Dans Meeple War, il ne faut pas hésiter à attaquer et harceler les ennemis. Fabriquer ses armées et les envoyer au compte goutte, risque d’enliser la partie et la rendre un peu longue. Au contraire, il faut foncer et occuper au plus vite les positions ennemies. De même, il faudra se méfier de la catapulte qui semble très puissante. Mais il suffira de bien vous disperser avant qu’elle ne soit capable de tirer et éviter de gros massacres. Autrement dit, dans Meeple War, il faut surveiller aussi ce que prépare vos adversaires !

Enfin, le matériel est abondant avec de nombreuses tuiles de terrain, de bâtiments et plein de mini-meeples. Le tout est aux alentours d’une vingtaine d’euros et donc c’est très très abordable. On regrettera juste que les sachets fournis soient un peu petits pour ranger les tuiles.

Si vous voulez vous battre, vous affronter, avec des règles simples, un peu comme les petits jeux vidéos à la clash of clans, mais avec un univers de Meeples… Si vous n’êtes pas allergique aux jeux de baston et que vous êtes prêts à en prendre plein la poire (ou en mettre plein la poire), alors … Meeple War est fait pour vous !

A suivre…

 

 

 

 

 

 

 

11 Trucs qui agacent les joueurs !

Initialement prévu pour le magazine JDS qui a été malheureusement stoppé. Je souhaite vous faire part de ce petit article que je dédicace à Vianney Carvalho. Vianney était à l’origine du magazine. Un magazine auquel j’ai participé en toute simplicité avec les autres rédacteurs, car nous tous, nous sommes des passionnés du jeu avant tout.

Et comme tous les passionnés, je suis sûr que certains d’entre vous se reconnaîtront ci-dessous. Vous savez les petits trucs qui vous énervent…  Je n’ai pas voulu vous parler des problèmes matériels que l’on peut croiser. Non, c’est bien plus drôle … Mais lisez plutôt… 😉

trading-compulsif-2

 

1 – Le sachet en trop ou manquant

Vous avez déjà rangé votre jeu plusieurs fois, mais là, après cette partie, vous ne comprenez pas … Non , vous ne comprenez pas pourquoi, il vous reste un sachet vide. Vous regardez sous la boite, sous le couvercle…Rien ! Sous la table ? Non plus ! Grrrrrr, il ne vous reste plus qu’à tout ressortir pour vérifier, car en général, vous n’êtes pas chez vous quand ça arrive. Et pas question de partir en oubliant quelque chose !

ou

Nom d’un alambic ! C’est quoi ces jetons qui restent ? Quelqu’un a vu un sachet vide ? Vous regardez sous la boite, sous le couvercle…Rien ! Sous la table ? Non plus ! Grrrrrr, il ne vous reste plus qu’à tout ressortir pour vérifier, car en général, vous n’êtes pas chez vous quand ça arrive.

Bonus : Enfin voilà le sachet ! Zut, il est trop petit pour les pions restants, vous avez dû inverser un truc

2 – Les protèges cartes trop petits d’un mm

  • Non, c’est bon, j’en ai à la maison
  • Tu es sûr ? Oui, oui pas besoin d’en prendre !

Vous reprenez la route et arrivé à la maison, vous dépuntchez fébrilement votre jeu. Il reste plus qu’à mettre les protèges cartes…. Pas de chance, vous vous êtes planté de format.

Bonus : Vous les avez acheté en même temps que le jeu

3 – Le jeu comporte 101 cartes et ils se vendent par 100

Cette fois, vous déballez le jeu sur place en boutique et vous mesurez la taille. Combien il en faut ? Vous regardez la règle… 101 ! Pas de chance, les protèges cartes se vendent par 100.

Bonus :  Vous avez donc pris deux paquets de 100 et vous vous apercevez qu’une carte, peu utile, n’avait pas besoin d’une pochette

4 – Un joueur a pris votre couleur et vous jouez à sa place.

Votre politesse habituelle vous oblige à laisser les joueurs choisir une couleur. Pas de chance, bien que vous ayez plus ou moins planqué les pièces jaunes en arrière, c’est cette couleur que quelqu’un choisit. Celle avec laquelle vous avez l’habitude de jouer. Bon ce n’est pas grave… Seulement, avec cette sale habitude, vous vous êtes tellement concentré que vous pensiez que ce pion jaune, placé à un endroit stratégique, était le votre. Et vous vous êtes complètement planté

Bonus : Le joueur jaune a gagné grâce à une idée que vous avez dévoilé en pensant que c’étaient vos pions

5 – Vous apprenez que le jeu a un point de règles que vous avez toujours omis ou mal compris, au bout de plusieurs années

Vous avez des dizaines de parties au compteur pour ce super jeu.Puis un jour, à votre table, un nouveau joueur vient vous rejoindre lors de cette soirée jeu à l’association. Et lorsque vous expliquez la règle, il vous fait découvrir un point que vous n’avez jamais appliqué. Vous sortez, alors, le livret en marmonnant un « Attends, je vérifie… il y a longtemps que je n’y ai pas joué …(rire idiot) » …et il a raison !

Bonus : une pensée vous démange : « Ta gueule ! »

6 – Il vous manque une pièce ou une ressource pour faire une combo de la mort et vous pouviez l’avoir au tour précédent

Instant crucial… Les derniers tours…  Devant vous se dévoile une combinaison de la mort. Le genre de truc qui vous fera gagner, avec assurance, la partie en vous octroyant une confortable, que dis je, irrattrapable avance au score. Mais…mais …  Oui, vous avez beau recompter, il vous manque ce petit jeton de blé pour la réussir. Non…non…. ne cherchez pas, il n’est pas tombé… De plus, vous pouviez l’avoir au tour d’avant.

Bonus : Vous êtes obligé de passer du coup… Défaite assurée

7 – Vous voilà enfin à l’association pour retrouver vos amis pour présenter votre dernière nouveauté… Vous avez juste oublié les règles sur votre table de chevet

Et oui, vous l’aviez lu hier soir, avant un bon gros dodo… 40 pages…. Impossible de jouer sans oublier un truc. Et l’association est à 35 kms de chez vous…

Bonus : Vous avez installé les 258 pièces du jeu avant de vous en apercevoir, tout en promettant que c’est une tuerie ludique, un super jeu….

8 – Quelqu’un accroche accidentellement un pion de score et plus personne ne souvient où il était…

Euh il était où ton jeton de score…. ? …. je suis désolé, je l’ai accroché en prenant mon Cacolac…

Et oui, on sera bien obligé de le placer plus ou moins où il était, car vous n’êtes plus tout à fait sûr non plus.

Bonus : Vous avez perdu la partie d’un point contre le joueur au Cacolac

9 – Vous venez avec plusieurs jeux dont votre dernier achat. Vous venez fraîchement de lire les 35 pages de règles, mais…

…tout le monde veut refaire le petit jeu familial au fond de votre sac que vous aviez amené la dernière fois.

Bonus : Vous y avez joué déjà 6 fois cette semaine, et c’est bon là… Mais alors pourquoi l’avoir pris b…d…m… !

10 – Le paravent qui tombe

Oui, oui ce paravent qui cache toute votre fortune secrète de ce jeu où le plus riche gagne. Vous l’avez accroché bêtement. Désormais, on s’acharnera sur vous !

Bonus : C’est le gars au Cacolac qui l’a renversé, pas vous… Mais il s’est humblement excusé. 

11 – Après avoir rangé votre jeu, un joueur trouve un cube

4 Kg de matos, un vrai casse tête pour tout caser dans cette boite ! Mais bon sang ! Comment ils ont fait ?!!!!! Tout était dedans avant que je l’ai ouverte pourtant…

Après avoir  enfin tout placé dans la boite et glissé soigneusement celle-ci dans votre étagère, un joueur trouve un tout petit cube rouge à terre…

Bonus : C’est justement le sachet qui est au fond de la boite, qui contient les petits cubes rouges

 

 

 

J’en profite pour formuler une demande auprès de nos éditeurs préférés. S’il vous plait, indiquez au dos de la boite, le nombre et le format des protèges cartes nécessaires à protéger le jeu… Nous, les passionnés, vous en remercions d’avance.

 

 

Tapimoket

 

Le numéro 2 de JDS est encore disponible ICI

 

Reims – Festival dés jeux

festival reims

 

En 2014, L’association Reims dés Jeux décide de se lancer dans la lourde tâche de créer un festival du jeu… Pas facile, c’est vrai. Mais moi, j’aime soutenir les initiatives. Ce peut être des prototypes de jeux, mais aussi des manifestations ludiques qui démarrent !

En voilà une justement, le festival dés jeux,, qui va se dérouler à Reims durant la journée du 25 Avril 2015 à partir de 10 heures, pour la seconde édition.

Pour démarrer tout cela, de nombreuses associations de la Marne se regroupent pour vous offrir la possibilité de jouer et de tester des jeux.de sociétés modernes.. Croyez moi, il y aura du choix. il y a aura des jeux de société, mais aussi des jeux extérieurs, des jeux géants en bois … et un point de restauration, histoire de ne pas perdre une miette…

Alors j’espère bien que vous, joueurs de tous les horizons, allez venir rencontrer ces associations qui vont se mettre en quatre pour vous recevoir, pour soutenir ce projet et, tout simplement… pour jouer et passer un bon moment.

Moi j’y serais avec quelques nouveautés comme Sapiens, Mexica, between two cities (proto) et d’autres choses encore…

Cela ce passe à la maison des quartiers de la Neuvillette

Tout est ICI