Le grimoire de l'Alchimiste

Vivre les jeux !

Un festival de Jeux – Episode 4 – Happy Pigs – Beyond Baker Street – Meowtopia

Vous avez raté le troisième épisode ? Venez découvrir mes avis sur Vikings On board, Fourberies et Meeple War  ICI

On avait beau être à Cannes pour le festival du jeu, dehors il faisait vraiment un temps de cochon ! Une occasion pour tester justement …

HAPPY PIGS

Il y a beaucoup de monde qui se bouscule pour essayer les nouveautés de IELLO.  En attendant qu’une table de « Happy Pigs » se libère, j’en profite pour obtenir une belle dédicace de Lorène Barioz, l’illustratrice de Candy Chaser.

 

20160227_130606

 

Finalement, Linomoket et moi même prenons place, avec un autre couple, autour d’une table pour échanger nos cochonneries 😉

Il faut dire qu’au départ, avec un tel nom « Happy pigs », je pensais avoir affaire à un ‘party game’. Mais que Nenni !  Virginie de IELLO m’a très gentiment accordé de son temps pour m’expliquer les grandes lignes et qu’il s’agissait, en fait, d’un jeu de développement destiné à un public familial.

Attisé par la curiosité, il ne me restait plus qu’à le tester.

20160227_133121

Dans Happy pigs, nous voilà,éleveurs de porcs, et bien décidés à ramasser un maximum de pognon, puisque tel est le but. On aura alors toute une année pour rentabiliser notre petite affaire.

L’année sera divisée en 16 tours avec 4 manches pour chaque saison.

Au départ nous disposons d’un petit enclos pour nos cochons, qui pourra  être agrandi par la suite.

20160227_133048

A chaque manche, on aura la possibilité de réaliser l’une des 4 actions possibles du jeu. Cependant, on pourra la répéter un certain nombre de fois.

Ces actions sont :

  • Nourrir les cochons
  • Acheter des trucs, des cochons
  • Vendre, en général des cochons
  • Reproduire (Oui, oui, je parle bien de faire des bébés)

Avant tout, une des 16 cartes saison est retournée à la vue des joueurs au début de chaque manche. Elles ont alors plusieurs fonctions. La première est de servir de compte-tour, puisque, au bout des 16 cartes, la partie prendra fin.

La seconde fonction sera de donner un bonus pour la manche en cours. Ce peut être, par exemple, des réductions de prix pour nos achats, ou encore des vaccins,… Enfin, la carte indiquera le nombre de fois où l’on pourra réaliser  les 4 actions comme par exemple, nourrir les cochons 8 fois, acheter 6 fois, etc…

 

20160227_133044

Les joueurs choisissent alors, tous ensemble, une des 4 actions à l’aide d’un jeton qu’ils retournent, face cachée, devant eux…

20160227_133530

Tout le monde révèle, ensuite, son action et c’est là qu’intervient la subtilité du jeu.

En effet, si vous êtes le seul à avoir choisi une des 4 actions, vous pourrez alors profiter du nombre de fois indiqué sur la carte saison pour pouvoir la réaliser. Vous gagnez même une pièce pour les fois où vous ne voulez pas répéter l’action.

En revanche, si vous êtes plusieurs à choisir la même, et bien le nombre de répétition de l’action sera alors divisé entre tous les joueurs qui ont fait le même choix.  Par exemple, si la carte proposait de nourrir 8 fois et que 4 joueurs ont choisi la même chose, chacun ne pourra la réaliser que 2 fois ! Damned !

Bien entendu, les bonus proposés par la carte saison pousseront souvent les joueurs à choisir la même action…  On pourra, alors, se dire  qu’il ne faut pas prendre telle ou telle action. Oui, mais si tout le monde change, j’ai peut -être une chance d’être seul dessus …  Bref ce sera la dilemme à chaque tour !

 

20160227_135841

Parlons des actions….

L’action « nourrir » nous permettra de faire grossir nos cochons qui prendront alors de la valeur lorsqu’ils seront revendus

L’action « acheter » nous permet d’acheter des cochons, en général, des bébés cochons, mais aussi divers éléments comme de nouveaux enclos, des vaccins, ou des aliments qui vont booster la croissance… Et oui, tout est bon dans l’cochon, même les hormones !

L’action ‘vendre’, est, bien sûr, celle qui nous permettra principalement de revendre les gros cochons, source principale d’argent.

Enfin, l’action ‘reproduire’ permet de faire des bébés cochons…. S’il vous plait, ne m’obligez pas à donner des détails ! Surtout que, dans Happy pigs, un seul adulte suffit à avoir un bébé… C’est beau la science, quand même…

Il sera également nécessaire de vacciner nos cochons grâce des seringues qui devront être achetées. Tous les cochons, non immunisés, seront perdus en fin de saison, donc toutes les 4 manches.

En fin de partie, c’est finalement le moment du décompte et les cochons encore présents sur les enclos sont revendus. Le joueur le plus riche remporte alors la partie !

Ce que j’en pense ?

Jamais je n’aurais pensé faire des trucs cochons devant tout le monde, sur un festival. Mais, ma foi, je n’ai pas trouvé cela désagréable. La subtilité principale d’Happy Pigs sera d’essayer de deviner ce que les autres joueurs ont choisi pour profiter au maximum des actions. En général, il faudra refuser les bonus offerts par les cartes saisons. Mais attention ! Car si tout le monde adopte la même stratégie, non seulement vous allez devoir vous passer du bonus mais vous risquez de devoir quand même partager le nombre d’actions avec les autres.

Le jeu est léger par ses règles qui s’expliquent en quelques minutes. Ce qui permet de le mettre en place très rapidement même avec des joueurs novices. Happy Pigs a surtout la possibilité d’être jouable jusque 6 joueurs. Tout cela nous donne un jeu sympathique, à jouer en famille, sans basculer dans le classique ‘party game’. Personnellement, j’aurais augmenté la difficulté du jeu en interdisant la revente finale des cochons encore dans l’enclos…

Coloré, fluide, jouable à 6, et à moins de 30 euros, Happy Pigs est un bon petit jeu familial

Disponible à L’Alchimiste ICI

 

Quel meilleur enchaînement, après avoir fait quelques trucs cochons, que de se retrouver invité à une soirée privée…

Cette fois, l’Alchimiste pouvait, non seulement, grignoter leurs cacahuètes de FILOSOFIA, mais aussi tester leurs prochaines sorties. Et l’une d’elles a vraiment retenu mon attention …

BEYOND BAKER STREET

 

20160227_232057

Soyons franc, Beyond Baker Street s’inspire complètement de la mécanique de Hanabi. On pourrait presque dire qu’il s’agit d’une variante dans un nouvel univers, celui de Sherlock Holmes…

Le principe de Beyond Baker Street sera de résoudre trois énigmes à l’aide de cartes indices distribuées entre les joueurs.

20160227_231648

Tout comme Hanabi, ces cartes sont tenues en main face aux coéquipiers. Ainsi, personne ne peut voir sa propre main…

Les énigmes sont réparties en trois domaines : Loupe, piste et document, qui sont représentées par des petits symboles sur les cartes. Ces énigmes seront en fait 3 paquets de 3 cartes posées sur le haut du plateau de jeu et dont on retournera, face visible, la première de chaque paquet. Celles-ci indiquent alors une valeur à atteindre avec nos cartes indices sans la dépasser…

Enfin, deux pions sont placés sur des pistes. La piste « Sherlock Holmes » représentera le nombre de fois où les joueurs pourront se passer des informations sur leur main de cartes et l’autre sera le résultat d’une valeur cumulée de cartes indices qu’on aura défaussé, sachant qu’il faudra atteindre très exactement un total de ’20’. Une fois la mise en place réalisée,  la partie peut débuter.

Tel Hanabi, les joueurs pourront se passer oralement une information en indiquant, dans la main d’un coéquipier, soit les cartes de même valeur, soit les cartes ayant le même symbole.

« Ces 3 cartes sont des documents » ou « Ces 2  cartes ont une valeur de 3 ».

A chaque indice passé, le pion Sherlock Holmes sera alors décrémenter sur sa piste. Ainsi, on ne pourra pas se passer des informations à l’infini, mais à peine une quinzaine à 4 joueurs ! Attention donc à bien retenir ce que l’on sait et à donner les bonnes informations…

Un joueur pourra également, comme action, poser une de ses cartes indices sous une énigme. Ainsi, la valeur de cette carte viendra s’ajouter à la valeur de celles déjà posées, pour essayer d’ atteindre très exactement une valeur cumulée identique celle de l’énigme. Attention ! Il ne faudra surtout pas la dépasser !

Bon…. on aura parfois une chance, si on s’est planté, de rechanger la valeur finale en retournant une des cartes face cachée qu’on avait mis en place au début avec les énigmes… 

20160227_231550

Si on atteint exactement la valeur de l’énigme, on pourra alors, comme action, « confirmer » celle-ci. Ce qui permettra, entre autres, de faire remonter le pion Sherlock Holmes. Cette énigme est désormais résolue ! Ouf…

Enfin, on peut aussi défausser une de nos cartes indices, qui viendra cette fois faire bouger l’autre pion d’autant de cases que la valeur de la carte.

Pour gagner, il faudra résoudre les 3 énigmes tout en faisant atteindre une valeur de 20 exactement aux cartes défaussées. Autant dire que ce n’est pas du gâteau ! Mais pas forcement impossible…

20160227_231632

 

Ce que j’en pense ?

Wouuuh l’autre ! Il a copié sur Hanabi ! ….Et oui, c’est vrai, même si on a beau argumenté, il s’agit clairement d’un jeu basé sur la même mécanique.

Pourtant… oui pourtant, je l’ai trouvé mieux que Hanabi pour trois raisons.

Tout d’abord, il y a une vraie notion de partie ratée ou réussie. En effet, Hanabi n’a pas vraiment de but mais juste un niveau de succès (C’est mauvais, c’est moyen, c’est bien …). Avec Beyond Baker Street, on a, au contraire, un but bien précis à atteindre.

La seconde raison est que, plus je joue à Hanabi, plus je me dis que la réussite totale me semble impossible. En revanche, l’objectif de Beyond Baker Street me semblait dans le domaine du possible.

Enfin, la troisième raison est le matériel et l’univers de Beyond Baker Street. En effet, pour un jeu d’indices, je trouve que le thème « Shelock Holmes » est plus approprié que la création d’un feu d’artifice comme le propose Hanabi, thème auquel on ne prête pas du tout attention . Ceci dit, il s’agit bien sûr d’un avis personnel…

Hanabi reste, malgré tout, un très bon jeu. Pour preuve, il a inspiré Beyond Baker Street qui en a repris la mécanique principale.

Alors que le festival de Cannes se terminait déjà, j’en profite, après les cochons d’Happy Pigs, de  revenir sur un peu de tendresse avec les chatons de …

MEOWTOPIA

Meowtopia n’est pas encore édité, mais c’est une bonne occasion de tester une pré-version de la prochaine sortie programmée chez Runes Editions (King et Assassins, Harald).

Meowtopia est la version européenne de « Jungle Rumble », un jeu asiatique déjà édité depuis 2013.

DSC02345

 

Meowtopia est, dans le jeu, une ville où ne résident que des chats. Le maire, vieillissant, décide alors de laisser sa place au chat qui sera le plus apte à le remplacer, C’est à dire au joueur qui saura, le mieux, développer son petit groupe de chatons.

Derrière cet univers très mignon et manga, se cache un jeu de gestion où chaque joueur devra faire évoluer sa tribu pour amasser un maximum de points de victoire. Pour évoluer, il faudra recruter des chatons, leur attribuer des tâches, organiser son commerce, développer son agriculture et enfin nourrir tout ce petit monde… Bref, c’est peut être mignon tout plein, mais c’est pô facile !

Le jeu se déroule en plusieurs manches où, durant chacune d’elles, les joueurs prendront le rôle de « joueur actif » tour à tour.

Le joueur actif du tour pourra  alors réaliser une action plusieurs fois parmi un choix de cinq, représentées par des tuiles. Tandis que les autres joueurs pourront la réaliser une seule fois en suivant le joueur actif ou bien passer.

Ensuite, on change de joueur actif, et on recommence. Mais cette fois, le joueur actif suivant aura moins de choix puisque des tuiles actions auront été choisies, au cours la manche en cours, par les joueurs actifs précédents, réduisant ainsi, petit à petit les choix.

DSC02348

Lorsque tout le monde aura pris le rôle de joueur actif, on replace les tuiles actions à disposition, on change de premier joueur et on relance une manche, ainsi de suite…

A son tour, le joueur actif commencera par avoir la possibilité de réveiller ses chatons qui sont endormis, c’est à dire ceux qui auront bossé au tour précédent.  Si aucun n’est endormi ou un seul est réveillé, ce sera le bonheur car ils ne réclameront pas de nourritures. En revanche, il faudra nourrir ces voraces petites boules de poil, si plusieurs sont réveillés par le joueur… Et croyez moi, ils ont tout le temps faim !

J’en ai bavé pour les nourrir, pour le grand plaisir de mes adversaires me voyant en pleine galère !

 

DSC02350

Une fois les chatons réveillés, on pourra alors choisir une tuile action pour la réaliser autant de fois que l’on veut selon le nombre de chatons qu’on envoie travailler. Par exemple, ci dessus, j’ai choisi de créer un champs en envoyant l’un de mes chatons. Aussitôt, ceux qui auront participé à l’action, iront dormir et on retourne de nouveaux les chatons, côté sommeil… Non seulement, ils ont tout le temps faim, mais ils ne pensent qu’à dormir ! Là aussi, j’ai bien galéré…

Les actions sont assez simples :

On pourra gagner des pièces d’or qui pourront être données à nos chatons ‘commerçants’ au moment du réveil, ce qui rapportera beaucoup de points de victoire. (On peut aussi donner de la nourriture aux commerçants)

On pourra aussi recruter de nouveaux chatons, travailleurs ou commerçants, contre de l’or. Attention cependant ! Il faudra nourrir tout ce petit monde à la fin de notre tour.

On pourra aussi justement, comme action, chercher de la nourriture.

Et enfin, on peut créer des champs, et les irriguer pour générer justement de la nourriture disponible à chaque tour.

Plus, on consacre de chatons à une tuile action, plus elle sera rentable…

DSC02354

Une fois, son action réalisée, les autres joueurs pourront la suivre en la réalisant une seule fois avec un chaton réveillé ou bien passer.

Et passer, c’est aussi l’occasion de réveiller gratuitement l’un de ses chatons.

Enfin, le joueur actif doit nourrir tous ces chatons. Ces champs lui permettront de nourrir gratuitement sans dépenser de jetons nourriture.

DSC02352

On continue ainsi la partie jusqu’à ce que les jetons de champs, les irrigations, où le recrutement soient épuisés. On procède alors au décompte final.

DSC02353

Les meilleures sources de points victoire seront le nombre de chatons qu’on aura réussi à recruter, mais aussi l’or ou la nourriture qu’on aura su garder et attribuer à nos chatons commerçants.

Les champs, les irrigations et les ressources restantes nous donneront aussi des points supplémentaires.

Ce que j’en pense ?

Sous son aspect tout mignon, Meowtopia est un petit jeu de gestion très malin où j’ai eu pas du mal à imbriquer l’ordre des actions. J’ai d’ailleurs lamentablement perdu !  Non pas que le jeu est compliqué, mais il présente vraiment une mécanique d’enchaînements pas aussi facile que cela à prendre en main.

Il s’agit d’avoir un bon timing pour réussir et j’ai vraiment sous estimé le jeu. Après cette lamentable défaite, j’ai du partir avec un gout de « reviens y » et « prends ta revanche ! »….  Ce que je compte faire prochainement, non mais !

N’hésitez pas à le tester si vous en avez l’occasion.

Remi Gruber sera présent le 30 Avril et 1er Mai au « Festival dés Jeux » à Reims

 

 

 

D’autres jeux ?

Bien entendu, j’ai eu l’occasion de tester et croiser d’autres jeux à Cannes …

 

Ci-dessous Omega, un prototype qui demande encore du travail, mais un thème original

DSC02337

 

D’autres prototypes …

DSC02297

DSC02276

DSC02268

 

Bien entendu, Tric Trac était présent…

DSC02145

 

Un prototype de Remi Saunier qui semble fort prometteur…

20160228_144506

 

Knit Wit de Filosofia …

 

20160227_213457

20160227_213426

Un, deux, Kroa… Un super petit jeu de rapidité d’Antonin Boccara où la grenouille veut se faire plus grande que le boeuf.

DSC02328

 

Le meilleur Goodies du monde ! Merci à Olivier Laffon,t auteur de Archaeologia

20160227_195315

 

XZHAIA … Prototype de Serge Mascadar. Un jeu de carte futuriste. Et comme tous les protos de Serge, j’ai bien aimé !

20160226_235248

20160226_235233

20160226_235225

 

 

La nouvelle édition de Amun RE …sublime !

20160225_184940

20160225_184935

 

HOPE de Morning Players …  Toujours plus beau

20160225_184633

 

Le festival de Cannes fêtait ses 30 ans déjà !

20160225_194038

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 7 avril 2016 par dans Divers, PRIX et CONCOURS.

Le Grimoire a eu

  • 240,448 visites
Follow Le grimoire de l'Alchimiste on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :