Le grimoire de l'Alchimiste

Vivre les jeux !

IMPERIAL SETTLERS – Test de l’Alchimiste

pic2000680_md

Nous avions une vie paisible dans notre petit village… De temps en temps, il y avait quelques querelles de clans, certes, mais après quelques coups de haches, tout rentrait dans l’ordre…  et nous faisions, quelques semaines plus tard, un festin en se tapant amicalement dans le dos…

DSC06908

On avait entendu parlé de ces romains. On avait entendu dire que Rome dépassait tout ce que l’on pouvait imaginer, que des bâtisses en pierre s’étalaient aussi loin que l’on pouvait porter son regard. Que les habitants mangeaient à leur faim sans même sortir de chez eux. Que leur armée était si puissante qu’il pouvait bâtir un pont sur un fleuve en une seule nuit. Qu’ils avaient osé défier le peuple égyptien pourtant si puissant et lointain.

On pensait que tout cela se passait loin de nous, très loin… On s’était trompé, notre civilisation était en danger.

DSC06895

 

Dans impérial Settlers, les joueurs incarnent une civilisation qu’ils devront développer. Pour cela, chaque joueur aura à sa disposition un paquet de cartes correspondant à sa civilisation.

DSC06897

Ainsi qu’un paquet de cartes communes à tout le monde qui seront piochées à chaque tour.

DSC06899

Maintenant, nous allions devoir affronter Rome. Aussi puissants qu’ils étaient, nous allions leur montrer ce dont nous étions capables… Nous allions avoir besoin d’épées pour combattre, de boucliers pour nous défendre, mais aussi de bois, de pierres et d’or pour nous développer. Notre chef a donc mobilisé tout le monde, et les clans se sont rassemblés. Nous allions aussi avoir besoin de tout le monde, et bien sûr il fallait penser aussi à ce que chacun puisse manger…

DSC06904DSC06906

Ci dessus, les épées permettront de raser des bâtiments pour gagner des ressources et empêcher le développement des adversaires. C’est aussi un moyen de dissuasion… Les boucliers permettront de se protéger. Les ressources pierre, bois, nourriture et ouvrier permettront de poser des cartes ou obtenir plus de ressources… Enfin l’or a le pouvoir de remplacer n’importe quelle autre ressource.

DSC06903DSC06907

Le jeu se déroule en 5 manches notées grâce à un compteur de tours sur la piste de score. Désormais, Barbares, Romains et Égyptiens allaient se développer (mise en place à droite)

Nous avions peu de ressources. il fallait augmenter notre production, trouver de quoi bâtir et agir… 

DSC06910 DSC06911

Au départ, chaque joueur a 2 cartes de sa civilisation et deux cartes et deux cartes communes. On en pioche alors une de sa civilisation, puis on pourra choisir une carte commune dans l’ordre du jeu parmi un choix étalé. Ceci, deux fois de suite. On aura ainsi 3 cartes à chaque tour…

DSC06912

Ensuite, chaque civilisation va produire des ressources. Cela varie selon les peuples … Débute alors la phase d’actions.

On avait des guerriers et un tas d’hommes forts… Mais pas de bûcherons. Pour construire de nouvelles bâtisses, pas de choix, la pierre et le bois manquaient ! Les chefs de clan ont envoyé des émissaires pour avoir un peu de bois plus rapidement…

DSC06917

Durant la phase d’actions, on peut utiliser différentes actions, dont celle par défaut que toutes les civilisations possèdent : Échanger deux ouvriers contre une ressource bois, pierre, nourriture et même la possibilité de piocher une nouvelle carte.

Nous avons alors amener au village du bois et de la pierre. On pouvait désormais construire nos premiers bâtiments

DSC06918 DSC06919

Une fois dépensée, on peut construire des bâtiments … Ici, les barbares exploitent une forêt… C’est une carte de « Production », elle sera donc placée en haut, à côté de la production. Elle produit tout de suite du bois… Chaque carte sera placée dans une rangée selon qu’il s’agisse d’un effet de production, d’une caractéristique ou d’une carte « action »

Nous avions découvert des ruines dans la forêt. Une aubaine ! Car nous avons pu exploiter les fondations et le bois de nos forêts pour construire encore et encore…

DSC06916

Certains bâtiments sont gratuits à construire… C’est le cas de celui ci-dessus. En plus, on touche, pour certains, un bonus au moment de construire (Ci dessus un ouvrier). Ces bâtiments sont très pratiques, car il est parfois nécessaire de sacrifier un bâtiment pour en construire un autre. Comme ci dessous… (deux bois et sacrifier un bâtiment).. Les ruines prennent alors tout leur intérêt.

DSC06931

Nous étions fiers du travail que nous avions fait la première année. On exploitait deux forêts et on avait trouvé un fournisseur. On l’avait protégé d’une attaque éventuelle…

DSC06922

A chaque manche, on peut protéger un bâtiment en plaçant un bouclier. En général, on ne peut protéger qu’un seul bâtiment …

DSC06924

Les joueurs vont alors jouer une action les uns après les autres, jusqu’à ce que tout le monde passe. Les cartes devront être posées aux emplacements adéquats : Production en haut, caractéristiques au centre et carte d’action en bas. Ci dessus, les barbares à la fin du premier tour…

DSC06925 DSC06926

Il sera possible de « raser » avec une épée une de ses cartes en main pour récupérer les ressources indiquées dans la partie rouge de la carte en haut à droite. On peut également utiliser l’or pour remplacer des ressources…

Ils sont fous ces romains …. Mais ils sont riches… 

Une fois que tout le monde a passé, on doit rendre toutes nos ressources, épées, boucliers et or compris… Mais les civilisations permettent de stocker l’une d’elle, s’il nous en reste …, Ci-dessous les barbares peuvent stocker les ouvriers non utilisés.

DSC06923

Deuxième période….

Le pion premier joueur passe … (Oui, je sais, rien de nouveau…). On refait une pioche de 3 cartes : Une de sa civilisation et une parmi quatre cartes communes étalées, ceci deux fois de suite. Oui, oui, ça fait 3…

On produit de nouveau mais cette fois, toutes les cartes « production » agissent et au fur et à mesure on va voir de plus en plus de ressources.

Les romains avaient commencé à propager leur civilisation. Ils avaient même choisi de faire des échanges

DSC06940

Une autre manière d’augmenter sa production : Faire de l’échange. Pour cela le joueur peut placer une de ses cartes en main sous son plateau de civilisation pour utiliser le bas de la carte. Il recevra alors la production indiquée dans la zone bleue à chaque phase de production (Ici une pierre). Cette action coûte une ressource de nourriture.

Ce sont les égyptiens qui ont, finalement, attaqué les premiers… Ils ont rasé une scierie chez les romains pour leur prendre du bois. La guerre était déclarée ! Les romains n’allaient surement pas en rester là …

DSC06941  DSC06942

Un joueur peut « raser » un bâtiment ennemi en utilisant deux épées. L’attaquant récupère alors, dans sa réserve, les ressources indiquées en haut à droite de la carte détruite. Il faudra 3 épées pour raser un bâtiment avec un bouclier … Mais si ! le bouclier, j’en ai parlé plus haut …

Le bâtiment, détruit, ne sera plus utilisable. il est alors retourné, mais ce sera une ruine… Et pourra toujours servir à payer une carte pour construire des bâtiments. Il faut donc faire attention, car cela peut aussi devenir un avantage pour la civilisation attaquée.

A la fin de la deuxième année, nous ne sommes pas trop développés. Les romains étaient plus avancés que nous … mais on sentait quand même notre puissance monter et se propager…

DSC06943   DSC06944

Les barbares ont posé peu de cartes à ce tour, contrairement aux romains, mais …

DSC06945

Ils ont profité de l’action de certaines cartes pour marquer tout de suite des points de victoire.

DSC06946

Les points obtenus grâce aux actions sont immédiatement reportés sur la piste de score.

Cinquième et dernière période….

Après cinq années, notre production et notre commerce se sont envolés… Nos guerriers ont vaillamment combattu les romains en rasant quelques uns de leurs camps.Après des pillages en bonne et due forme, on en a profité pour nous renforcer et développer un peu plus, notre communauté. 

DSC06949

En fin de partie, un dernier décompte est effectué, les cartes de civilisation jouées apportent deux points et les cartes communes donnent un point chacune.

DSC06898DSC06900

A gauche, une carte civilisation (2 étoiles = 2 pts), à droite une commune (1 Pts)

DSC06950

Pour cette partie, les barbares gagnent avec un superbe score de 54 points ! (Jeton vert en haut sur le +50)

Désormais, le mot « barbares » n’était plus perçu de la même manière par les peuples lointains… 

Ce que j’en pense :

Avec des images plaisantes, j’étais déjà en train de trépigner pour le tester avant même sa sortie. Je me suis donc précipiter dès sa sortie à ESSEN, sans même attendre éventuelle sortie en version française… Me voilà possesseur d’une boîte avec, en couverture, un bon gros ouvrier joyeux à la mine sympathique, se promenant avec une pelle en travers de l’épaule. Pour celles et ceux qui n’ont pas compris, il n’est pas question de se mettre des coups de pelle dans la figure avec Impérial Settlers. Non, c’est bel et bien un jeu de développement ! Du plus beau genre « je construis ça, pour avoir plus de ça, qui me permettra de construire ça et ainsi de suite ».

Bon… J’exagère un peu, car, en fait, les épées sont bien là pour venir marcher sur les plates bandes de ses adversaires en explosant joyeusement ses bâtiments…  Peut on parler de combats ? Non pas vraiment. Surtout, qu’en général, on ne pourra utiliser qu’un seul bouclier pour se défendre. Mais, ma foi, ça met une petite dose d’interaction et, il m’est arrivé de faire des parties où j’ai amplement usé du rasage.. une vraie entreprise de démolition ! … On peut quand même éviter les attaques en construisant plus de bâtiments de sa civilisation qui ne peuvent pas être rasés …

Côté illustrations, si la boîte me plaisait bien, je ne suis pas déçu de l’intérieur. Les cartes sont jolies et font penser aux petits jeux vidéos de gestion que l’on peut voir sur internet. Le matériel est abondant puisque les joueurs, fan de jeux de gestion, retrouveront leur quota de pions en bois avec les ouvriers, les petites pommes, le bois et la pierre. Les règles sont faciles à assimiler, bien écrites et on a droit à un joli résumé en dernière page.

Parlons de la mécanique du jeu… Impérial settlers est fluide. A chaque tour, on ne fait qu’une seule action, jusqu’à ce que tout le monde passe. Enfin, si ça fait 6 tours que vous avez passé et que les autres continuent de jouer, il y a des chances que vous soyez sur la voie de la défaite. Le jeu est bien pensé et, malgré le hasard du tirage, on va prendre beaucoup de plaisir à combiner et utiliser ses cartes et ses ressources pour exploiter au maximum les possibilités. Ainsi, il faudra faire de bons choix, parfois des sacrifices pour gagner.

Le jeu annonce une durée de 90 minutes à 4 joueurs, et franchement, on ne les voit pas passer. Le jeu tourne très bien à deux et il est même prévu une règle solo, que je n’ai pas testé. En tous cas, des cartes sont prévues rien que pour cela.

Impérial Settlers est, finalement, une très agréable découverte ludique

Mise à jour Juin 2015 – Désormais Impérial Settlers est édité par Edge en VF et porte le nom de SETTLERS

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 13 novembre 2014 par dans 1-Gestion, 2-Cartes, 2-Raisonnable, Antiquité, Connaisseurs, DECOUVERTES, Experts, Médiéval.

Le Grimoire a eu

  • 240,448 visites
Follow Le grimoire de l'Alchimiste on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :