Les Bâtisseurs du Moyen âge – Test de l’Alchimiste

Le jeu à stocker entre vos quatre murs

boitebatisseurs

Faisant partie de ma sélection de Noël, il est normal qu’une nouvelle page du grimoire lui soit consacré.

Dans les Bâtisseurs du moyen âge, il est question de construire des bâtiments (on s’en doutait presque). Mais à mon avis, la boulangerie est construite depuis longtemps, vu que le jeu se vend comme des petits pains. La rupture est déjà proche et le succès est déjà présent.

facebook-pouce-levé

Mais pourquoi donc ce succès ?

Commençons par une superbe petite boîte métal de 15 cm sur 15 environ, avec une illustration qui attire l’œil. D’ailleurs, après l’ouverture de la boîte, toutes les illustrations du jeu me font penser aux bandes dessinées, mais aussi aux dessins animés. Vieux que je suis, je dirais, plus précisément, qu’elles me font penser à « Il était une fois l’homme »… Vous connaissez ? C’est un dessin animé très intelligent encore diffusé de nos jours sur certaines chaînes (Image ci-dessous)

iletaitunefois

DSC04366

Pour vous donner une idée de la taille de la boîte

La deuxième qualité de ce jeu sera son prix situé entre 10 et 15 euros. Cela le met donc à la portée de toutes les bourses, parfois mises en difficulté avec les fêtes de fin d’année. Les bâtisseurs du Moyen âge devient alors le jeu facile à acheter ou à offrir sans se ruiner.

argentdepoche.400jpg

En y regardant de plus près, on verra que ce jeu est à partir de 10 ans, mais croyez moi, je pense que des enfants ayant l’habitude des jeux pourront y jouer sans problème dès 8 ans…

Ouvrons la boîte maintenant … Deux paquets de cartes … Des grandes qui représentent des bâtiments et d’autres cartes de taille normale représentant des personnages, et enfin un sac de pièces en plastique. Les cartes sont de qualité, soignées, toilées…

DSC04367

Vue d’ensemble

DSC04369

Les bâtiments

DSC04370

Les ouvriers

Un livret avec plein de pages… Mais non, ce ne sont pas les règles, mais seulement les pubs. Des pubs pour Timeline, Cardline… Normal, puisque ces jeux sont du même auteur (Frédéric Henry). Pour les règles, on se contentera d’un livret de quatre pages seulement. Et encore, elles sont rédigées de façon très détaillée, avec des exemples et tout, et tout. Pour rappel, la boîte faisant à peine 15 cm, les pages sont de 10 cm… Autant dire, qu’il faut à peine dix minutes pour comprendre le jeu.

DSC04371

La règle (en bas) … les pubs (en haut)

On regretta juste que les pièces ne soient pas dans un sachet zippé… (C’était le chipotage du jour)

Comment ça marche ?

C’est méga simple !

Chaque bâtiment a besoin de différentes ressources pour être construit. Elles sont au maximum de 4 sortes différentes : la pierre, le bois, le savoir et les tuiles … Oui, oui le savoir est une ressource !

DSC04374

Par exemple, pour construire le bâtiment ci-dessus, il faut 1 bois et 1 savoir

Et pour celui ci-dessous, il faut 5 pierres, 4 bois, 4 savoir et 4 tuiles

DSC04375

La cathédrale est l’un des bâtiments les plus difficiles à construire

Pour construire, vous allez devoir utiliser des ouvriers qui ont, selon leur habilité, des compétences dans un ou plusieurs domaines. Ainsi, certains pourront fournir les pierres, le bois, le savoir ou les tuiles.

DSC04377

Par exemple, ci-dessus, cet ouvrier peut donner 2 bois et 1 savoir.

Ci-dessous, un maître, personnage plus puissant, qui donne 3 bois et 2 savoirs !

DSC04378

Il faudra donc associer un plusieurs ouvriers aux bâtiments pour le terminer, en fournissant toutes les ressources nécessaires à sa construction. Mais il faudra également dépenser des actions et de l’argent pour les payer !

Par exemple ci-dessous, en associant au bâtiment pour une action et 3 écus, le personnage, on va pouvoir réaliser la cabane car l’ouvrier donne assez de bois et de savoir. La cabane sera retournée, ne donnera pas de points mais rapportera 8 pièces

DSC04379

Pour la « maison urbaine », on a dû mettre deux ouvriers, mais elle donne 2 points de victoire et 10 pièces.

DSC04380

Les bâtiments réalisés sont retournés et on récupère ses ouvriers pour d’autres bâtiments. Chaque bâtiment sera illustré « en travaux » sur une face et « construit » sur l’autre face. C’est tout simplement un travail remarquable de Sabrina Miramon, l’illustratrice. Travail qui contribue beaucoup au succès du jeu…

DSC04386

Bâtiment avant la construction

DSC04387

Bâtiment après la construction (on a retourné la carte)

Si vous avez compris ça, vous avez quasiment tout compris… Celles et ceux qui n’ont pas compris, il est important pour vous de vous poser cette question : « Finalement, est-ce que le jeu de société est fait pour moi ? »

Mais revenons aux principes du jeu. Les joueurs vont avoir en début de partie, un ouvrier et 10 écus. On mettra ensuite les deux paquets de cartes au centre de la table et on révèle 5 ouvriers et 5 bâtiments à construire.

DSC04381

Ci dessus départ pour une partie à 3

Ensuite, dans l’ordre du jeu, chaque joueur a 3 actions gratuites. Pour chaque action supplémentaire, il devra payer 5 écus ! Ce n’est pas donné, certes, mais c’est parfois très pratique de le faire.

Les actions possibles sont :

– Prendre un bâtiment depuis le centre de la table pour le poser devant soi afin de le construire

– Prendre un ouvrier depuis le centre de la table pour le poser devant soi. 

– Mettre un ouvrier que l’on a devant soi, sur une construction. Si c’est le premier, c’est une action, deux actions si c’est le deuxième dans le même tour sinon une action si c’est lors d’un autre tour. Puis trois actions pour en mettre un troisième dans le même tour..etc… et payer le salaire de l’ouvrier en écu. L’ouvrier sera monopolisé jusqu’à ce que la construction soit terminée

– Prendre de l’argent contre des actions.

Voilà c’est tout ! Enfin presque, puisqu’il y a des machines. Les machines se construisent comme des bâtiments, rapportent des points, mais seront utilisables ensuite comme des ouvriers. L’avantage est qu’il n’y aura pas de salaire à verser.

DSC04382

Une machine à construire : la grue

DSC04383

Une fois construite, la grue nous donne deux pierres comme un ouvrier, mais gratos !

DSC04384

Lorsqu’un bâtiment est construit, vous gagnez de l’argent et des points de victoire. Si vous arrivez à 17 points le premier, c’est gagné !

DSC04385

Ce que j’en pense ?

Non mais quoi ! Arrêtez quoi ! c’est beau, c’est hyper simple, ce n’est pas cher, ça s’explique en 10 minutes et puis des fois, on n’a pas envie de lire 15 pages de règles… De plus, il y a la bonne dose de stratégie pour que ça plaise à tout le monde. Stratégie légère, mais bien réelle. Car au début, vous allez jouer dans votre coin, prendre ce que vous avez besoin et construire ce que vous avez besoin…

« Ah mince ! Je n’avais pas vu que tu étais déjà à 15 points ! ». Et oui, c’est là que vous allez comprendre qu’il est possible d »ennuyer aussi ses adversaires. En prenant par exemple l’ouvrier ou le bâtiment qu’il convoitait… Vous allez aussi apprendre à optimiser vos ouvriers, votre argent …

Pour moi, c’est le jeu familial par excellence de cette fin d’année. Et ma boule de cristal me dit qu’il se peut qu’un prix dans un concours lui soit attribué… Je le sens bien…

Des amis m’ont dit qu’ils enchaînaient parties sur parties avec leurs enfants…   On peut comprendre, dès lors pourquoi il se vend comme des petits pains… non ?

Nbre de joueurs : 2 à 4 (6 possible ?)

Age : 10 ans (mais 8 possible)

Vous le voulez ? Cliquez ICI

11 commentaires

    1. Quand je disais que ça partait comme des petits pains …. c’est parti comme des petits pains…. Mais avec un peu patience … Le boulanger en refera une fournée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s