Le grimoire de l'Alchimiste

Vivre les jeux !

SPYRIUM – Test de l’alchimiste

SPYRIUM : ça paye de mine finalement

DSC03955

Petite boîte, petit prix mais un grand jeu.

L’histoire du jeu se passe au Royaume Uni et la principale ressource est extraite des mines : le Spyrium. L’histoire ne nous dit pas en quelle année nous sommes, ni d’où vient l’importance du Spyrium. On ne parle juste que d’Angleterre « Victorienne ». A ma connaissance, je n’ai jamais entendu parler du Spyrium en 1850. Mais ne cherchez pas sur Wikipidia, Ystari a juste voulu nous plonger dans un univers SteamPunk. Disons que nous sommes dans une époque parallèle, Hummm…mouais

DSC03957

Ensuite, bien que le jeu s’appelle Spyrium,  le but ne sera pas d’accumuler cette ressource, mais, comme tout bon jeu de gestion, d’avoir un maximum de points de victoire.

DSC03960

Non ce n’est pas de la gelée de menthe mais du spyrium

Bon, tout cela pourrait nous paraître confus, pourtant nous allons avoir affaire à un jeu très fluide, simple, et bourré de stratégies de gestion.

Commençons par la règle ! 6 pages seulement, si on exclut la page de garde et le descriptif de chaque carte. Donc pas besoin de sortir la boite d’aspirine, on assimile le jeu très facilement (A peine 30 minutes pour lire les règles, 2 heures 30 si vous êtes fan de Secret Story)

Spyrium utilise des cartes, mais n’est pas vraiment un jeu de cartes. Les cartes permettent, en fait, de créer un plateau modulaire d’actions  qui sera différent à chaque tour. Le jeu se joue en 6 tours, où l’on va disposer neuf cartes en carré pour former une « piste » d’actions (cf exemple ci-dessous). Au fur et à mesure, de la partie, les actions (sur les cartes), vont devenir de plus en plus puissantes.

1367446048760_95813166

Une fois le carré de cartes constitué, le tour se fait en deux phases.

PHASE I

Pendant la première phase, les joueurs vont devoir placer des ouvriers, 3 au début (Et oui, revoilou nos bons vieux meeples en bois). Cette fois, on ne se place pas sur les actions mais entre les actions, donc entre les cartes. Ainsi, on peut « réserver » deux actions puisque l’ouvrier sera entre deux cartes, et nos adversaires ne savent pas laquelle des deux, sauf si vous êtes du genre trop bavard.

Contrairement à la plupart des jeux de pose/action, où une fois l’emplacement pris, et bien… c’est réservé. Dans spyrium, tout le monde peut se placer où il veut. Ainsi, on pourra avoir plein d’ouvriers autour d’une même carte. C’est fou le nombre d’ouvriers qui voudront se placer sur celle à 12 points à la fin…

PHASE II

En seconde phase, on retire nos ouvriers. Et là, deux solutions : Soit prendre des sous, soit lancer l’action d’une carte où l’ouvrier est adjacent.

Si on prend les sous, on compte le nombre d’ouvriers qu’il y a autour de la carte où l’on se trouve et cela nous donne la somme à prendre. Mais du coup, on n’a fait aucune action de carte.

Si on active une carte, au contraire, il va falloir payer. La somme correspond au nombre d’ouvriers autour de la carte activée, plus le coût de la carte elle-même. Et croyez-moi, ce n’est pas donné !

DSC03967

Partie en cours, deux cartes ont été achetées

Trois types de cartes sont possibles :

–          Les bâtiments : On paye, et on prend la carte pour la poser près de soi. Le bâtiment pourra alors être utilisé à chaque tour, si on peut le faire. En effet, des bâtiments demanderont de placer un ouvrier dessus, ou/et du Spyrium, ou/et de l’argent et pourront, en général, produire du Spyrium, des points de victoires ou ramener un ouvrier en plus…

img-1369837260.51a60ecc15165

Ce bâtiment coûtera 4 livres (et le nombre d’ouvriers autour de la carte) En fin de partie,  apportera 3 points de victoire (en haut à gauche) et peut être activé à chaque tour avec un ouvrier et deux spyrium pour apporter 5 points de victoire.

–          Les brevets : Ce sont des cartes très puissantes qui vous ramèneront un pouvoir par tour. Seulement elles coûtent extrêmement chers et sont rares. Celles-ci seront aussi à placer devant vous.

img-1369837260.51a60ecc100cb

Ce brevet coûtera 6 livres (et le nombre d’ouvriers autour de la carte). Il permet une fois par tour de gagner 2 Livres de plus quand on retire un ouvrier entre les cartes pour de l’argent. En fin de partie, il permet de gagner 1 point de victoire par tranche de 2 livres (7 max)

–          Les personnages : Ils ramènent un petit avantage (points, argent ou Spyrium), pour une seule fois car ils ne seront pas placés devant vous. L’avantage, en revanche, est qu’ils sont bien moins chers. Il faudra juste payer le prix des ouvriers autour.

pic1547854_md

Ce personnage apporte 4 points de victoire pour une livre

Une fois, tous les ouvriers retirés, on passe alors au tour suivant.

DSC03966

Une partie en cours

Vous l’aurez alors compris, tous les joueurs voudront les meilleures cartes et se placeront autour. Mais cela fera grimper les prix… Et les sous, c’est comme nos fins de mois, on n’en a jamais assez. Mais plus il y a d’ouvriers, plus ils peuvent apporter des sous, si on n’active pas la carte. Ou bien, vous pouvez aussi vous placer sur une autre carte, loin des autres, qui vous ramènera des trucs, pour en activer une autre carte où il y a du monde, ou alors… STOP !

Bon bref, c’est bourré de stratégie comme je vous l’avais annoncé… et un bon enchaînement d’actions fera de vous le vainqueur.

Bien entendu, je vous passe les subtilités, comme la possibilité de passer en deuxième phase quand on veut. Dans ce cas, on aura placé peut être qu’un ou deux ouvriers, mais vous pourrez prendre tout de suite une carte en payant moins cher et au nez et à la barbe des autres joueurs… Mais vous aurez moins d’actions car moins d’ouvriers posés…

Ce que je pense de Spyrium ?

Et bien, je dois dire que je suis très surpris par la dimension de ce jeu. Il était là, tout chétif dans son coin, au magasin. Mais, comme il est du même auteur que le fameux « Caylus », comme il a une jolie illustration (Arnaud Demaegd dont j’adore les dessins), et comme son prix est plus que raisonnable… Alors, je l’ai pris, je l’ai essayé et j’avoue avoir accroché pour ce jeu. Et on a  envie d’enchaîner les parties vu que ce n’est pas long…

SPYRIUM : Un très bon jeu de gestion !

DSC03959 DSC03962

Nombre de joueurs : 2 à 5

Age : 13 ans

Vous le voulez : Cliquez ici

Un commentaire sur “SPYRIUM – Test de l’alchimiste

  1. Pingback: Les Retours d’ESSEN – Découvertes | Le grimoire de l'Alchimiste

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 2 octobre 2013 par dans 1-Gestion, 1-Plateau, 2-Raisonnable, Connaisseurs, Experts, Steampunk, et est taguée , , .

Le Grimoire a eu

  • 264,087 visites
Follow Le grimoire de l'Alchimiste on WordPress.com
%d blogueurs aiment cette page :